Carl Pelletier

Fini les commissions scolaires en Outaouais, prône la CAQ

Abolir les commissions scolaires de l'Outaouais pour ensuite mettre sur pied deux centres de services pour l'ensemble du territoire : voilà le premier engagement du candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Chapleau, Carl Pelletier, qui juge aberrant qu'une somme de 440 millions $ soit accordée aux commissions scolaires de la région.
« Est-ce que vous trouvez normal qu'il y ait autant de cadres que de professionnels dans le monde de l'éducation ? Moi, je pense que non. C'est pour cela qu'on va se battre pour faire des économies et réinvestir les sommes pour les services aux élèves. [...] Il faut arrêter d'avoir des spécialistes qui sont obligés de se partager trois ou quatre écoles, ça n'a pas de bon sens », a indiqué le candidat caquiste.
Selon M. Pelletier, le bassin de main-d'oeuvre (orthopédagogues, travailleurs sociaux, etc.) est suffisamment large pour combler les besoins, advenant que cette idée se concrétise et qu'il y ait une vague d'embauches.
À son avis, la récupération du montant de 440 millions $ permettra de réduire les dépenses de moitié, voire des deux tiers. Ce plan de restructuration du réseau scolaire envisagé par la CAQ s'étendrait sur une période de quatre ans.
Résident de Gatineau, l'intervenant jeunesse et éducateur propose que les deux centres de services qui seraient créés couvrent les territoires des commissions scolaires Portages-de-l'Outaouais et Hauts-Bois-de-l'Outaouais, à l'ouest, ainsi que des Draveurs et Coeur-des-Vallées, à l'est.
Selon le candidat caquiste, qui prône une plus grande autonomie des écoles, les élections scolaires n'ont plus leur raison d'être et constituent un processus « ridicule » avec un taux de participation très faible.
Il croit aussi qu'il faut lutter sans délai contre le fléau du décrochage scolaire. En 2010-2011, il se chiffrait à 23,5 % en Outaouais, un taux supérieur à la moyenne provinciale. « On veut s'attaquer à la racine du problème en dépistant rapidement les problèmes d'apprentissage des élèves dès leur entrée au primaire. Il faut aussi réviser les normes d'intégration afin que les classes ne soient pas trop bondées », dit-il, ajoutant que la lutte à l'intimidation ainsi que l'ajout d'activités parascolaires sont parmi les priorités de la CAQ.
Carl Pelletier s'est par ailleurs prononcé en faveur du projet de faculté satellite de médecine de l'Université McGill en Outaouais, mais n'a pas fait de promesse de financement, 24 heures après que son rival Marc Carrière se soit engagé à allonger une somme non récurrente de 22 à 25 millions $ en plus de 15 millions $ par an si le PLQ prend le pouvoir.