Fidèles au poste par milliers au FMG

Manque de chance, les ballons n'ont pas quitté le sol au parc de la Baie, jeudi, pour l'ouverture du Festival de montgolfières de Gatineau (FMG). Ça n'a pas empêché des centaines d'irréductibles de se rendre sur place.
Si la météo est venue gâcher l'envolée de montgolfières, elle n'a en aucun temps miné l'enthousiasme des festivaliers.
Il y en a pour tous les goûts au parc de la Baie. Les adolescents étaient nombreux à flâner au parc d'attractions, tandis que d'autres attendaient impatiemment le début du spectacle de Véronic DiCaire, bien assis dans leur chaise pliante.
C'est le cas d'Irénée Côté et Thérèse Hébert. Des réguliers du FMG, ils avaient bien hâte au début du spectacle. «C'est une vedette internationale», s'est exclamée Mme Hébert.
Gilbert Kingsbury et Dianne Dubeau attendaient également, assis devant la scène du Casino du Lac-Leamy. Eux aussi sont venus à plusieurs reprises au FMG - un happening, selon M. Kingsbury. Pour la première fois, le couple s'est procuré un bracelet pour les cinq jours du festival et compte passer les prochains jours au parc de la Baie.
«Avant, on avait l'expo à Ottawa (NDLR: la SuperEx). [...] C'est à peu près tout ce qu'il nous reste dans la région avec cette ambiance, avec ce genre de cirque.»
Tendance plus que positive 
Généralement, ceux qui se rendent au FMG n'y sont pas pour la première fois.
Le dernier sondage conduit par l'organisation, en 2013, avait démontré que les festivaliers en étaient à leur huitième présence en moyenne. Un nouveau sondage cette année devrait confirmer cette tendance.
Le président du FMG, Guy Leblanc, reconnaît que le festival est chanceux de compter sur un public aussi fidèle. Les citoyens de Gatineau, bien entendu, participent en grand nombre, mais plusieurs caravaniers font la route chaque année pour participer.
«C'est un incontournable pour terminer l'été», résume M. Leblanc.
Selon lui, la programmation musicale a un grand rôle à jouer dans le succès du FMG, surtout avec l'introduction de spectacles inédits au cours des dernières années. Vendredi soir, par exemple, une brochette d'artistes québécois sera sur scène pour rendre hommage à deux grands de la musique décédés cette année: Davie Bowie et Prince.
La diversité d'activités offertes sur le grand site dont dispose le festival est également un facteur qui attire autant de gens chaque année, soutient Guy Leblanc.
«C'est un mix différent et c'est abordable. [...] Ma fille a 23 ans aujourd'hui, sa première fois au festival, elle était dans une poussette. On n'a jamais manqué un festival. Elle est rendue à l'Université à Montréal et elle va venir passer du temps avec son papa sur le site. Ça te fait réaliser que le temps passe, c'est des beaux moments en famille.»