Sous la thématique Autoportrait - Dedans, dehors, les femmes invitées ont dû livrer des oeuvres à la fois introspectives et personnelles.

Femmes exposées à Saint-André-Avellin

Le Centre d'action culturelle de la MRC Papineau met en lumière le travail de 40 femmes artistes de l'Outaouais et d'ailleurs au Québec, dans le cadre de la sixième édition de FemmExpo. L'exposition collective, présentée à Saint-André-Avellin jusqu'au 20 avril, a été placée cette année sous la présidence d'honneur de la cinéaste Paule Baillargeon, qui sera dans la Petite-Nation, cet après-midi, pour prendre part au vernissage.
Sous la thématique Autoportrait - Dedans, dehors, les femmes invitées ont dû livrer des oeuvres à la fois introspectives et personnelles. Trente-sept tableaux sont hissés sur les murs du centre. Chaque pièce est accompagnée d'un court texte relatant le lien de l'oeuvre avec le thème. Une belle façon de souligner la Journée internationale des femmes avec 40 identités artistiques distinctes provenant de Montréal, Ottawa, Val-des-Monts, La Pêche, Chénéville, Montpellier, Montebello, Saint-André-Avellin, Thurso, Ripon, Notre-Dame-de-la-Paix, L'Ange-Gardien, Gatineau, Nominigue, Howick et Alfred.
« C'est une certaine forme de générosité de la part de ces femmes de se dévoiler de cette façon aux yeux du grand public. Le thème de cette année permet aussi une libération personnelle. Ça démontre l'intériorité. Certaines artistes ont aussi pris la thématique d'un point de vue plus global en misant sur le côté solidaire et le cheminement fait par les femmes dans la société. On sent vraiment que c'est très personnel », explique Émilie Laverdière, directrice générale du centre à propos du fil conducteur.
En 2013, FemmExpo a attiré plus de 700 visiteurs au Centre d'action culturelle de la MRC Papineau.
Ode à la femme
Créée en 2009, le comité derrière FemmExpo fait appel depuis l'an dernier à une présidente d'honneur pour mousser l'événement. En 2013, la comédienne native d'Ottawa, Louison Danis, avait porté le flambeau. Cette fois, Paule Baillargeon a été désignée par l'équipe du centre. « Un choix facile et logique », affirme d'emblée Émilie Laverdière.
La cinéaste, reconnue pour son franc-parler et son engagement féministe, a lancé en 2012 Trente tableaux, où elle se fait extrêmement intime et personnelle en pigeant dans ses souvenirs.
Autodidacte et passionnée du dessin depuis l'âge de 27 ans, cette dernière présente d'ailleurs une création dans le cadre de FemmExpo, puisque Mme Baillargeon est également une adepte des arts visuels. Une facette de la comédienne justement dévoilée dans Trente tableaux.
Celle qui aura 69 ans bientôt a mis la pédale douce sur les projets. Elle profite de la vie, de ses petits-enfants. Elle travaille sur un roman, mais se repose surtout. Quand on lui demande son avis sur la condition féminine en 2014, elle toujours aussi passionnée.
« Je suis à la fois très optimiste, mais par moment mitigée. De nos jours, on sait tout. La planète est dans notre maison. Quand on entend parler de tout ce qui se passe ailleurs, la situation des femmes est parfois très dure. C'est triste, mais beaucoup a été fait. Les jeunes femmes trouvent que leurs conditions sont meilleures et beaucoup de jeunes hommes sont solidaires. On le remarque maintenant, les hommes se manifestent en faveur des femmes. Je pourrais dire que c'est désespérant, mais je n'ai pas envie. J'ai envie de dire que ça avance », observe-t-elle.
Une grande partie de la solution réside dans l'estime de soi, croit Paule Baillargeon.
« Il s'agit juste de comprendre de façon très intime que nous sommes bonnes. On aborde peut-être les choses différemment, notre expérience est différente et notre point de vue n'est pas le même. Mais cette manière de penser doit émerger parce que le monde en a besoin. »