Everything Is 4, de Jason Derulo

Jason Derulo est pour le moins prolifique. À peine un an après la sortie de Talk Dirty (qui a généré cinq simples platine, le propulsant parmi les Katy Perry, Taylor Swift et Bruno Mars ayant réussi le même exploit), il revient à la charge des ondes commerciales, porté par la vitaminée Want To Want Me.
Sans surprise, il rend ici hommage aux courbes féminines et popotins chaloupants (les explicites Get Ugly et Pull-Up, plutôt efficaces dans le genre dansant). Côté duos, Derulo est capable du meilleur (Painkiller, avec Meghan Trainor, ainsi que Broke, avec Keith Urban et Stevie Wonder, s'avèrent de très intéressants et foisonnants mélanges de styles), du correct-mais-sans-plus (Try Me, incluant Jennifer Lopez) et du pire (la particulièrement irritante Love Like That, à la lascivité aussi trouble que franchement sirupeuse).
Trade Hearts permet toutefois de «découvrir » la voix fort agréablement rauque de Julia Michaels.