Empêcher la fermeture de la seule institution financière du village

La communauté de Plantagenet, dans l'Est ontarien, se mobilise pour empêcher la fermeture de la seule institution financière du village. La Banque Royale du Canada a récemment avisé ses membres qu'elle allait mettre la clef sous la porte dès le 12 décembre prochain, pour fusionner avec la succursale de Clarence-Rockland, à près de 30 minutes de route.
Les résidents, pour la majorité clients de l'institution, réclament le maintient des opérations de leur banque à Plantagenet.
«C'est épouvantable. Notre banque était une institution rurale et de proximité. Maintenant on nous demande de faire près de 1 heure de route aller-retour pour aller faire un dépôt ou une transaction? Ça n'a pas de bon sens. Ici, à Plantagenet, nous ne sommes pas à la ville, nous n'avons pas de système de transport en commun disponible à tous les coins de rue. Cette fermeture va non seulement affecter les gens du village (de Plantagenet), mais les résidents autour», déplore la résidente Françoise Chrétien.
La Banque Royale du Canada dit devoir s'adapter au marché.
«Le 12 décembre, notre succursale de Plantagenet fermera à midi. Le samedi 13 décembre, notre succursale de Rockland ouvrira comme d'habitude. Nous sommes conscients des inconvénients que les fusions de succursales peuvent occasionner pour nos clients et nous avons de l'empathie pour eux. Toutefois, les collectivités (et particulièrement celle de Plantagenet) évoluent et nous devons donc évaluer de quelle façon nous servirons nos clients à l'avenir», a expliqué la vice-présidente régionale de la Banque Royale du Canada, Johanne Delves.
Le conseil municipal d'Alfred-Plantagenet a adopté à l'unanimité cette semaine une résolution afin de «recommander à la Banque Royale du Canada de revenir sur sa décision de fusionner avec la succursale de Clarence-Rockland, et de maintenir ses services à Plantagenet».
«Il est important de préserver la seule institution financière de Plantagenet pour le développement économique de la municipalité. Oui, Internet a ses avantages, mais ça ne peut pas tout faire. Ça prend un contact humain, lors des transactions. Il est important de conserver nos acquis dans nos communautés et nous voulons conserver ce service», a commenté le maire de la municipalité d'Alfred-Plantagenet, Jean-Yves Lalonde.
La Banque Royale du Canada devrait tenir des audiences publiques pour informer ses clients du déroulement des procédures et pour entendre les commentaires.