Les cofondatrices d'ODD, Yvonne Coutts, Sylvie Desrosiers et Lana Morton, sont réunies sur une même affiche pour la première fois.

Dorsale, danse à trois têtes

Des cartons remplis de verres, des bouteilles de vin encore intactes: le Studio de la Cour des arts s'éveille à peine des festivités de la série en danse Face à Face, la semaine dernière, qu'il accueille déjà les répétitions d'une nouvelle production, Fougue. Cette fois, tout le Centre de danse contemporaine ODD est sur le pont : Yvonne Coutts, Sylvie Desrosiers et Lana Morton, réunies sous la houlette de Dorsale Danse et de la Ville de Gatineau.
Les trois cofondatrices d'ODD; à qui l'on doit notamment la Série danse 10, se rejoignent le temps d'une soirée où chacune d'entres elles représentera une chorégraphie de son cru. Une première pour ces vétérantes de la danse contemporaine à Ottawa qui, en 20 ans de collaboration, n'avaient jamais été réunies sur une même affiche. Les 20 et 21 février à la salle Jean-Despréz de la Maison du citoyen.
Exercice existentiel
Chez Lana Morton, le grain à moudre l'imagination chorégraphique s'appelle Marc-André Charette. D'aucuns auront pu apprécier la présence scénique de cet acteur sur les planches de la région, au Trillium notamment, ou au Théâtre de l'Île, mais jamais encore en danse. 
« Je me souviens de sa performance aux Laboratoires Gestes, en 2012, raconte tla chorégraphe. Il courait sur place frénétiquement, c'était hypnotisant. Quand il a cessé de bouger, l'impression de son mouvement persistait toujours, et j'ai trouvé l'effet si fascinant que j'ai voulu explorer avec lui ce mouvement continu.»
Dans un jeu de bascule et d'automatismes où le corps est présent et l'esprit ailleurs, Lana Morton et Marc-André Charette ont inventé une fable du quotidien qui « explore les angoisses et hantises d'apparence banale », « les petits démons qui cherchent à refaire surface et à s'imposer ».
L'histoire artistique d'un acteur se rêvant danseur et d'une chorégraphe qui lui donnait les moyens de le devenir.
La pépinière The School of Dance
Également au programme de la soirée, les deux pièces Glace et Too Near respectivement attribuées à Sylvie Desrosiers et Yvonne Coutts, mettront en vedette d'anciens élèves de The School of Dance.
« L'affiche réunit trois saveurs de danse contemporaine régionale », résume l'instigatrice du spectacle, Sylvie Desrosiers. Son Glace, qui fait danser Christel Bourque, Amelia Griffin et Martine Larochelle, un trio issu de la jeune génération d'interprètes professionnels, s'inspire des contrastes dans les comportements de l'humanité des métamorphoses en général, celles des hommes et de la nature par le truchement notamment des changements climatiques.
Quant à Yvonne Coutts, elle puise son Too Near dans la poésie de l'Américain E.E.Cummings et a créé une pièce abstraite pour deux danseurs de la région, Kay Kenney et Charles Cardin-Bourbeau.
Ce dernier a d'ailleurs été sélectionné pour rejoindre prochainement les rangs de la compagnie montréalaise O Vertigo, nous annonce Sylvie Desrosiers non sans une pointe de fierté pour cet ancien élève de l'école qu'elle dirige. De quoi faire palpiter les rêves de ses jeunes apprentis danseurs...