Claude Dorion fils s'était évadé de la prison de Saint-Jérôme le 27 septembre dernier.

Dorion aurait menti à un enquêteur de la SQ

De nouvelles accusations sont déposées contre l'une des plus importantes figures du crime en Outaouais. Claude Dorion Jr, présumée tête dirigeante d'un réseau de trafiquants démantelé en mai 2012, a été inculpé de six chefs supplémentaires, dont celui d'avoir fait déclencher une enquête policière en donnant une fausse déclaration à un enquêteur.
Alors que certaines comparutions de l'accusé se sont produites dans des conditions hermétiques, ces derniers mois, au palais de justice de Gatineau, celle de vendredi a été accessible au public.
Selon les récents mandats d'arrestation, Claude Dorion Jr aurait délibérément fourni de fausses déclarations à un enquêteur de la Sûreté du Québec, selon lesquelles un policier de Gatineau lui avait volé des stéroïdes.
La procureure de la Couronne, Isabelle Bouchard, a remis 11 DVD et une clé USB à l'accusé, qui se représentait seul, vendredi. Claude Dorion Jr a cependant fait savoir qu'il avait «sûrement l'intention» de retenir les services d'un avocat d'ici sa prochaine comparution, le 3 février.
En attendant les conclusions de cette enquête, l'individu ne peut entrer en contact avec Christian Clermont, avec qui il aurait fait des affaires dans le trafic de stéroïdes.
En avril dernier, TVA Gatineau-Ottawa diffusait une vidéo fournie par Claude Dorion, sur laquelle un policier de Gatineau recevait une injection de ce qui semble être des stéroïdes. La vidéo, prise à l'insu de l'agent, avait amené la direction de la police de Gatineau à l'affecter à des tâches administratives.
Propos incriminants
Selon nos sources, Claude Dorion visait ce policier dans ses allégations sur le vol des stéroïdes. C'est ce qui aurait fait bifurquer l'enquête de la SQ.
Dorion se serait incriminé en affirmant que les stéroïdes volés étaient bien ceux qu'il vendait.
Christian Clermont aurait agi en tant que complice dans la circulation des présumées fausses informations. La scène dans laquelle le policier reçoit sa piqûre aurait été filmée chez lui.
Claude Dorion aurait produit et fait le trafic de la substance anabolisante entre le 1er janvier 2010 et le 26 juin 2012.
Il aurait intentionnellement trompé l'enquêteur de la SQ entre le 5 juillet 2013 et le 17 janvier dernier, en accusant une autre personne d'avoir commis une infraction, soit la fabrication d'un faux rapport de filature.
Christian Clermont aurait aussi, entre le premier juin 2010 et le 17 janvier dernier, intentionnellement trompé un agent de la paix et conduit celui-ci à ouvrir ou poursuivre une enquête en rapportant faussement un vol de stéroïdes.