Dominique Maltais a été solide lors de chacune des étapes menant à la finale.

Dominique Maltais gagne l'argent en snowboard cross

Avec panache, dimanche, Dominique Maltais a effacé la déception qu'elle a connue à Vancouver il y a quatre ans, en récoltant la médaille d'argent de l'épreuve féminine de snowboard cross de surf des neiges aux Jeux olympiques de Sotchi.
« Il y a un énorme stress qui vient de tomber de mes épaules, que je traîne avec moi depuis quatre ans, a affirmé Maltais, après avoir fait l'accolade à tous les membres de son clan, incluant son père Gérald. Depuis Vancouver, j'étais en mission. Je préparais une forme de revanche. Finalement aujourd'hui, le travail ardu a été récompensé. Je ne peux pas être plus heureuse. »
En grande finale, l'athlète de Petite-Rivière-Saint-François n'a été devancée que par la Tchèque Eva Samkova, dominante du début jusqu'à la fin de la compétition. La médaille de bronze est allée à la Française Chloé Trespeuch.
« J'étais la plus rapide à l'entraînement au cours des deux dernières journées, a souligné Maltais. J'avais montré aux filles c'était qui la boss et je me voyais sur la plus haute marche du podium. Je m'attendais d'obtenir le meilleur chrono des qualifications. Mais aujourd'hui, Eva a élevé son niveau. »
Cette 14e médaille canadienne à Sotchi, la deuxième de la journée de dimanche, est la deuxième de la carrière olympique de Maltais. La planchiste âgée de 33 ans avait terminé en troisième position aux Jeux de Turin, en 2006. À Vancouver, par contre, elle s'était classée au 20e rang.
« C'est beaucoup plus plaisant qu'à Vancouver, a commenté son père Gérald, maire de Petite-Rivière-Saint-François. C'est sûr que Dominique visait la première marche, mais la deuxième c'est excellent. Je n'aurais jamais cru venir en Russie de ma vie, et voir Dominique gagner une médaille d'argent aux Jeux olympiques, c'est le plus beau moment de ma vie ! »
Maltais a été solide à chacune des étapes de l'épreuve. En qualifications, son chrono de 1:22,26 lui a permis d'éviter la seconde manche. En quarts de finale et en demi-finale, elle a terminé première de sa vague.
Au cours d'une « folle » demi-finale, la grande blonde a cependant dû venir de l'arrière parce qu'elle occupait, à un moment donné, la quatrième position parmi les six compétitrices en piste. Après avoir dépassé l'Australienne Belle Brockhoof, qui a pris le décor, elle a évité de justesse la meneuse, l'Américaine Lindsey Jacobellis, victime d'une chute.
L'autre Canadienne en lice, Maëlle Ricker, championne olympique en titre, a chuté en quarts de finale et elle n'a pas terminé la course, qu'elle a qualifiée « d'une des pires de toute sa carrière ».
Samkova, âgée de 20 ans seulement, avait signé le temps de référence de la manche initiale, en une minute 20,61 secondes. Jacobellis avait suivi à 0,79 seconde derrière, en 1:21,40. Maltais avait fait stopper le chrono à 1:22,26 et Ricker, 35 ans, à 1:22,44.