Dieudonné

Dieudonné ne pourra pas présenter son spectacle

L'humoriste français Dieudonné ne pourra finalement pas présenter son spectacle à Nantes, jeudi soir.
Le spectacle, qui devait lancer la tournée «Le Mur» de Dieudonné, aura donc connu un véritable parcours en montagnes russes, ayant d'abord été interdit par le préfet de Loire-Atlantique, puis autorisé par le tribunal administratif de la ville avant d'être interdit à nouveau par le Conseil d'État, la plus haute autorité administrative en France.
L'interdiction initiale avait été prononcée après que le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls, eut publié lundi une circulaire permettant aux préfets d'interdire le spectacle. Les avocats de Dieudonné s'étaient immédiatement opposés à cette interdiction.
Le ministre avait souhaité l'interdiction du spectacle, afin de combattre ce qu'il appelait la «mécanique de la haine».
Le Conseil d'État a interdit le spectacle deux heures seulement avant le lever prévu du rideau, malgré les indications voulant que Dieudonné soit prêt à modifier ses numéros pour y retirer les propos pouvant être jugés choquants. Le Conseil d'État a plutôt jugé que «le risque sérieux que soient de nouveau portées de graves atteintes au respect des valeurs et principes» français ne pouvait être écarté.
L'historien et militant antinazi Serge Klarsfeld avait indiqué, jeudi, qu'il serait «intolérable» de permettre à Dieudonné de monter sur scène à Nantes, compte tenu du climat actuel de la France.
«Nous avons un pays où l'antisémitisme est librement accepté», avait-il déclaré.
M. Klarsfeld, son épouse Beate et leur fils Arno appuient fermement le ministre Valls dans sa croisade contre Dieudonné.
L'ancien premier ministre de droite Alain Juppé, aujourd'hui maire de Bordeaux, s'est également rangé derrière le ministre. Il a d'ailleurs interdit le spectacle de Dieudonné prévu dans sa ville le 26 janvier.
En tout, au moins huit villes prévues à l'itinéraire de la tournée de Dieudonné d'ici le mois de juin ont choisi d'interdire le spectacle.
Dieudonné a été reconnu coupable à plusieurs reprises d'incitation à la haine raciale et d'antisémitisme. On lui a notamment reproché sa chanson «Shoahnanas», perçue comme étant antisémite.
La semaine dernière, une enquête a été ouverte après que Dieudonné eut fait un commentaire controversé, à la radio, au sujet du journaliste de France Inter Patrick Cohen.
«Quand je l'entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz... dommage», a-t-il déclaré.
Il a également popularisé un geste baptisé la «quenelle», décrit par Manuel Valls comme un «salut nazi inversé».
Après la diffusion de la décision du Conseil d'État, M. Valls a déclaré que la France était devenue plus forte, mais a ajouté que «le combat contre ce personnage nauséabond se poursuit» et que «les citoyens ne devraient pas assister à ses spectacles».
Dieudonné, qui s'était présenté à la salle de spectacle après avoir remporté la première bataille judiciaire, n'a pas immédiatement réagi à la nouvelle. Sa page Facebook suggérait cependant à ses fans d'éviter la confrontation et de «rentrer chez (eux) en chantant la »Marseillaise«».