Destination centre-ville

Pas beaucoup d'éléments, hormis le projet Destination Gatineau, n'ont jusqu'ici filtré du récent lac-à-l'épaule des élus municipaux gatinois, cette rencontre de planification stratégique sur laquelle comptait le maire Maxime Pedneaud-Jobin pour faire accepter certains pans du programme de son parti Action Gatineau, minoritaire à la table du conseil.
Or sur la question de Destination Gatineau, M. Pedneaud-Jobin est parvenu à ses fins en isolant l'aménagement d'un espace public au parc Jacques-Cartier du reste du processus de revitalisation du centre-ville.
Il ne faut pas s'y tromper, l'opération charcutage à laquelle se sont livrés les élus est tout sauf cosmétique. Fruit d'un compromis politique, cette opération redonne à la Ville de Gatineau la mainmise sur le développement du secteur du ruisseau de la Brasserie et de l'axe Aubry-Laval, indépendamment de ce qui sera fait ou pas au parc Jacques-Cartier. On peut maintenant parler de Destination centre-ville.
Il s'agit là d'une excellente nouvelle puisque rien de concret n'a émergé des deux premières moutures de Destination Gatineau.
La première version reposait essentiellement sur l'intérêt, voire la capacité financière du gouvernement fédéral à investir massivement sur les berges gatinoises de la rivière des Outaouais, dans le sillage des festivités du 150e anniversaire de la Confédération canadienne prévues en 2017. La deuxième version de Destination Gatineau arrimait le développement du centre-ville et l'aménagement du parc Jacques-Cartier.
Malgré le travail accompli, pas un seul banc de parc n'a été installé, pas un arbre n'a été planté. On n'est encore loin de l'audace du départ, en 2009, alors qu'on rêvait d'un endroit assez vaste pour accueillir le Cirque du Soleil.
Aujourd'hui, l'idéateur de Destination Gatineau, le promoteur Claude Hamelin, retourne à la case départ. Son mandat se résumera à réaliser une place des spectacles dans un parc Jacques-Cartier amputé de la section longeant le boulevard Fournier, le tout sous le chapeau d'une nouvelle corporation.
Cette nouvelle vocation de Destination Gatineau demeure néanmoins essentielle à la prospérité touristique de l'ensemble du centre-ville. Gatineau ne peut continuer à laisser aller les centaines de milliers de touristes qui quittent le Musée canadien de l'histoire sans avoir mis les pieds de l'autre côté de la rue Laurier.
Depuis les premiers jours de Destination Gatineau, LeDroit a toujours été l'un de ses plus ardents partisans. Il le demeure, peu importe les noms et les créatures administratives. Et seuls les résultats compteront à nos yeux.