Les inquiétudes au sujet de la sécurité à Sotchi sont bein réelles.

Des joueurs de la LNH expriment leurs inquiétudes

Roberto Luongo ne sera pas accompagné par les membres de sa famille quand il défendra les couleurs du Canada aux Jeux olympiques d'hiver, comme son coéquipier suédois chez les Canucks de Vancouver Daniel Sedin.
Les deux joueurs sont inquiets de la sécurité aux Jeux de Sotchi, en Russie, après une séries de menaces et d'attaques terroristes dans la région.
Deux attentats suicides ont fait 34 victimes dans la ville de Volgograd en décembre et les autorités russes ont indiqué suivre la trace de trois autres kamikazes présumés, dont une qui pourrait se terrer à Sotchi.
«C'est certain que je suis inquiet, je ne vous mentirai pas, a déclaré Luongo après l'entraînement de mercredi. Je crois que nous le sommes tous un petit peu. Nous allons suivre ça de près au cours des prochaines semaines.»
Sedin a dit qu'il était très inquiété par les nouvelles en provenance de Russie, dont les courriels menaçants reçus mercredi par une poignée de nations européennes devant prendre part aux JO.
Si ces menaces ont pour la plupart été qualifiées de canulars, les inquiétudes au sujet de la sécurité à Sotchi sont bien réelles. «On en parle beaucoup. Il n'y a pas de blague à faire avec ça, a dit Sedin.»
Luongo et Sedin ont tous deux déclaré que la sécurité est la principale raison pour laquelle leur famille ne les suivra pas en Russie. Sedin a ajouté que si des membres de sa famille voulaient aller les rejoindre son frère et lui, il tenterait de les en dissuader.
Le capitaine des Penguins de Pittsburgh et du Canada, Sidney Crosby, a tenu le même genre de propos que Luongo et Sedin aux reporters de Pittsburgh.