Lors des visites du MAPAQ, plusieurs ossements et carcasses d'animaux ont été trouvés au sol.

Des animaux élevés dans des conditions atroces

Un éleveur de Thurso est condamné à payer une amende de 15000$ pour avoir entretenu des animaux dans des conditions insalubres et omis de leur fournir le nécessaire à la vie.
Lors de leurs visites à la ferme Léo Raby, en un peu plus d'un an, les inspecteurs du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) ont découvert des animaux bien mal en point.
Cette ferme abrite des taureaux, des vaches et des moutons.
Au sol, plusieurs ossements et carcasses d'animaux entouraient un mouton mort. Ailleurs, d'autres moutons en décomposition avancée se trouvaient çà et là dans l'étable, parmi des animaux vivants. Des bêtes n'avaient pas été rasées depuis un bon moment et étaient recouvertes d'une saleté notable.
La procureure de la Couronne, Marie-Ève Laflamme, a cité quelques passages des rapports d'inspecteurs du MAPAQ. Ces derniers ont trouvé un mouton blessé assez gravement pour qu'il soit incapable de se relever. «La bête était toujours en vie, mais gisait au sol», a mentionné Me Laflamme.
Toujours selon le ministère public, des animaux n'avaient pas accès à de l'eau potable.
Le ministère public et la défense se sont entendus pour que M. Raby, propriétaire de la ferme d'élevage, garde une quantité limitée d'animaux pour une période de cinq ans. M. Raby devra se plier à cette nouvelle limite au cours de l'année qui vient de commencer.
Il a 18 mois pour s'acquitter de ses amendes.
L'éleveur a plaidé coupable à des chefs reliés au mauvais traitement d'animaux et à l'entrave au travail des agents du MAPAQ. Les agents sont intervenus à plusieurs reprises, a rappelé la Couronne.
Sur le site Internet de la ferme, il est écrit que le troupeau de moutons East Friesian est composé de 90 femelles reproductrices.
La ferme Léo Raby abrite 400 bovins, dont près de 200 vaches à boucherie charolaises et laitières Simmental.