Les photos volées ont retrouvé leur place sur les grilles de l'ambassade de la France, hier matin. Il semblerait qu'un des jeunes voleurs voulait les offrir à son grand-père, un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale.

Dérobées «pour faire plaisir à grand-papa»

Deux photos du débarquement de Normandie volées à l'ambassade de France «pour faire plaisir à grand-papa» ont finalement été retournées à leur propriétaire légitime vendredi.
Le 17 juin dernier, deux des quatorze photos d'archives soulignant le 70e anniversaire de l'opération clé dans la victoire des Alliés contre les nazis avaient été volées. Mais malgré l'enquête policière, aucun suspect n'avait été appréhendé.
C'est plutôt la diffusion de la nouvelle dans les médias qui a incité le grand frère du larron à retourner les photos à l'ambassade de France, explique le porte-parole Stéphane Schorderet.
Dans le cadre de leur enquête, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la police d'Ottawa s'étaient mises à la recherche de trois jeunes hommes filmés par les caméras de surveillance de l'ambassade. Le trio avait sévi en plein jour - aux alentours de 14h30 - au 42, promenade Sussex.
Il semble qu'un des trois jeunes impliqués dans l'affaire, un adolescent de 16 ans, voulait offrir ces deux photos à son grand-père, un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale.
La série de 14 photos a été installée par l'ambassade de la France afin d'honorer les sacrifices canadiens sur les plages de la Normandie. Les photos accrochées sur la grille de l'ambassade sont celles de Canadiens au combat.
Assailli par les remords
«Le grand frère d'un des jeunes est venu nous porter les photos à l'ambassade vendredi soir, explique M. Schorderet. Son petit frère ne dormait plus et ne sortait plus, craignant d'être arrêté, nous a-t-on dit. Il avait vu toutes ces nouvelles sur le vol et avait compris que ses gestes avaient été filmés. Il a mis du temps à expliquer la situation à ses parents.»
L'ambassade a retiré sa plainte à la police. «La GRC va parler au groupe. Les auteurs du vol nous écriront une lettre d'excuses. Cela leur servira de leçon», poursuit le porte-parole de l'ambassade.
La valeur de ces photos volées était plus symbolique que monétaire. Les responsables de l'ambassade avaient laissé vides les trous créés par l'absence des deux photos. Celles-ci ont retrouvé leur place hier matin.
L'exposition, à nouveau complète, restera visible sur les grilles de l'ambassade de France jusqu'au 18 juillet prochain.
Ldebacher@ledroit.com