Un porte-parole du CN, Jim Feeny, a indiqué que 16 wagons avaient quitté les rails. Quinze d'entre eux, en queue du convoi, ont été dans la zone enflammée. Quatre transportaient du propane et quatre autres du pétrole brut.

Déraillement au N.-B.: examen du haut des airs

Des représentants du Canadien National (CN) ont prévu une surveillance aérienne du site du déraillement d'un train survenu mardi soir, au Nouveau-Brunswick, afin de déterminer avec exactitude quelle est la source d'un important incendie provoqué par l'accident.
Le porte-parole Jim Feeny a expliqué qu'une équipe allait inspecter le site de l'accident du haut des airs, à bord d'un hélicoptère, afin de mieux comprendre ce qui brûle à Wapske, une petite communauté située près de Plaster Rock, dans le nord-ouest de la province, où le train a déraillé vers 19 h, mardi.
M. Feeny a précisé que les flammes brûlaient toujours, mercredi matin, mais que l'incendie était maîtrisé, ajoutant avoir besoin d'information additionnelle avant de pouvoir envoyer une équipe nettoyer le site.
Le porte-parole a indiqué que 15 wagons et une locomotive avaient quitté les rails. Quatorze wagons et la locomotive, en queue du convoi, ont été dans la zone enflammée. Quatre transportaient du propane et quatre autres du pétrole brut. Au total, le train était composé de 122 wagons et quatre locomotives.
«Nous n'avons pas encore déterminé de quelle façon chacun de ces wagons a été impliqué», a-t-il expliqué.
Selon M. Feeny, on n'a pas encore identifié la cause du déraillement. L'ingénieur et le conducteur, les deux seules personnes à bord du train, ont livré leur témoignage mais leurs propos n'ont pas été rendus publics. Personne n'a été blessé.
«Nous avons déployé une équipe d'urgence complète (...) depuis Moncton, Toronto et Montréal, a-t-il ajouté. Leur priorité est de protéger les gens et l'environnement.»
Quelque 50 à 60 personnes ont dû évacuer les lieux de l'incendie.
Le médecin conseil en santé publique de la région a indiqué que l'incendie pouvait nuire à la qualité de l'air à l'est du déraillement.
Une conférence de presse sera tenue mercredi lorsque davantage de détails seront disponibles.
La sécurité ferroviaire est devenue un enjeu important à travers le pays depuis le déraillement mortel survenu à Lac-Mégantic l'été dernier.
Steve Legace, un résident de Plaster Rock, affirme cependant que la population est moins tendue qu'elle ne l'était mardi soir, alors que plusieurs ignoraient s'ils étaient en danger.
«C'est un peu énervant, j'imagine, de savoir que nous avons ces choses qui passent à travers nos villages, sans savoir exactement ce qui est transporté dans ces véhicules, a-t-il témoigné mercredi. Les choses semblent s'être calmées et les gens ne sont pas aussi choqués qu'ils ne l'étaient.»
Selon le calendrier du CN, le convoi se dirigeait vers Moncton depuis le Canada central.