L'ex-ministre libéral Yves Bolduc

Démission d'Yves Bolduc: peu de larmes versées en Outaouais

Le président du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO), Claude Tardif, serait «très surpris que les enseignants versent une larme à la suite de la démission d'Yves Bolduc».
Réagissant jeudi à la démission du ministre de l'Éducation, M. Tardif affirme qu'Yves Bolduc «donnait toutes les allures d'un enfant puni» lorsqu'il a été nommé à ce poste pour laisser la place à Gaétan Barrette à la Santé.
«En ayant l'air d'un enfant en punition, on a l'impression qu'il n'a jamais mis l'énergie nécessaire pour connaître ses dossiers, donc ce n'est pas surprenant qu'il se soit mis le pied dans la bouche à quelques reprises», a réagi le président du SEO en faisant référence aux déclarations controversées du ministre démissionnaire.
Claude Tardif espère maintenant que la personne qui succédera à Yves Bolduc aura plus de poids auprès de ses collègues du conseil des ministres. «On souhaite que ce soit quelqu'un qui a de l'influence dans le Parti libéral, mais qui n'aura pas n'importe quel type d'influence, précise-t-il. On espère que contrairement à M. Bolduc, ce sera quelqu'un qui va se lever et dire qu'il faut investir dans le système d'éducation.»
Plus de détails à venir.