D'autres sacrifices demandés aux fonctionnaires

Sans grande surprise pour les fonctionnaires fédéraux, le budget Flaherty n'annonce pas d'abolitions importantes de postes. Toutefois, le gouvernement a confirmé qu'il souhaite renouveler l'ensemble des 27 conventions collectives de ses employés avec «comme priorité stratégique particulière» la mise en oeuvre d'un nouveau système de congés d'invalidité et de maladie.
De plus, le gouvernement confirme qu'il entend imposer un partage égal des coûts du régime de soins de santé aux retraités fédéraux, et haussera de deux à six ans le nombre d'années pour y être éligible.
S'il est encore trop tôt pour savoir si le gouvernement pourra faire de réelles économies avec son nouveau régime d'invalidité et de maladie, il espère que la hausse des cotisations des retraites et de l'âge d'admissibilité lui permettra de réduire ses coûts de plus de 1 milliard $ par année pendant les six prochaines années, pour un total de 7,4 milliards $.
Selon les chiffres du gouvernement, la transition vers un partage à parts égales des coûts ferait passer les cotisations annuelles de 261$ à 550 $ pour un retraité gagnant une pension de la fonction publique de 30 000 $.
«Le gouvernement continue de consulter les agents négociateurs et les principaux intervenants en vue de trouver rapidement un terrain d'entente au sujet de ces propositions, et il est prêt à examiner l'apport d'améliorations raisonnables au Régime de soins de santé de la fonction publique (RSSFP), à condition qu'elles soient équitables pour les contribuables» a indiqué le ministre Flaherty.
Invalidité de courte durée
En parlant du nouveau régime de maladie des employés, le ministre Flaherty a indiqué que le gouvernement fédéral demeure l'un des rares grands employeurs qui n'offrent pas d'assurance-invalidité officielle de courte durée à leurs employés.
Soixante-cinq pour cent des employés n'ont pas accumulé suffisamment de congés de maladie pour couvrir la période de 13 semaines préalable à l'admissibilité à des prestations d'invalidité de longue durée et 25% des employés ont moins de 10 jours de congé de maladie non utilisés. La mise en place de ce nouveau régime, a promis le ministre, sera négociée au cours de la prochaine ronde de négociations en 2014.
«La mise en place d'un système de gestion des congés d'invalidité et de maladie, et l'instauration d'un régime officielle d'assurance-invalidité de courte durée, permettra de hausser les niveaux de santé et de productivité des effectifs fédéraux. Le gouvernement a hâte de travailler avec les agents négociateurs (syndicats) à cette fin», a-t-il précisé.
Soins de santé des retraités fédéraux
Par ailleurs, le gouvernement prendra des mesures pour «le partage équitable» des coûts du Régime de soins de santé de la fonction publique avec les anciens employés à la retraite.
Le gouvernement, qui assume 75% du coût des prestations, compte ainsi instaurer le partage égal des coûts du régime pour les employés retraités et augmenter de deux à six le nombre d'années de service requis pour être admissible au régime au moment de la retraite, sauf dans les cas des pensionnés actuels.
Les deux mesures, soit le partage à parts égales des coûts du régime avec la hausse à six années pour l'éligibilité, se traduiront par des économies budgétaires de 1,1 milliard $ en 2013-2014, 1,5 milliard $ en 2014-2015, 1,4 milliard $ en 2015-2016 et ainsi de suite, pour un total de 7,4 milliards $ sur six ans.
Les cotisations des fonctionnaires pour les soins de santé ne changeront pas tant qu'ils demeureront des employés. Selon les données du Conseil du Trésor, le passif lié au régime est passé de 16 à 19,8 milliards $ au cours de la dernière année.