À seulement 17 ans, le Gatinois D'Artagnan Joly a fait partie des 75 meilleurs compteurs de la LHJMQ cette saison avec une récolte de 16 buts et 48 points en 66 matches avec le Drakkar de Baie-Comeau.

D'Artagnan Joly cogne aux portes de la LNH

Il a commencé à patiner sur la patinoire extérieure à l'arrière de la résidence familiale dès l'âge de deux ans.
Dernier d'une lignée de sept frères, D'Artagnan Joly a obligatoirement appris à perdre avant de gagner, mais samedi à Chicago, toutes ses heures à parfaire ses habiletés sur lames auprès de ses frères plus âgés rapporteront enfin des dividendes.
Si tout se passe comme prévu, il sera le premier des frères Joly à être sélectionné par une équipe de la LNH. Le sixième fils des Joly, Michaël, a bel et bien évolué dans la filiale des Rangers de New York l'année dernière, mais il avait été mis sous contrat à titre d'agent libre auparavant.
À 17 ans, dans la LHJMQ, Michaël avait récolté 11 buts et 29 points avec l'Océanic de Rimouski. Au même âge, D'Artagnan vient d'inscrire 16 buts et 48 points. C'est à18 ans que Michaël avait explosé avec une saison de 44 buts.
D'Artagnan n'est pas seulement en avance au chapitre des statistiques. La nature l'a aussi gâté. À 6'2'', D'Artagnan est planté au bout de la file lorsqu'on place sa famille en rangs d'oignons !
« J'ai été chanceux grâce à mon rang familial. Oui, je suis devenu le plus grand, mais j'ai aussi toujours été le plus jeune. Ça veut dire que j'ai passé ma vie à jouer avec les plus vieux. Comme j'étais très compétitif et que je tenais à gagner, ça m'a aidé de me frotter à eux dans ma jeunesse. Mes frères m'ont beaucoup aidé à faire mon chemin dans la vie en multipliant les conseils pour que je ne répète pas leurs mêmes erreurs. Leurs expériences de vie m'ont donné du matériel de travail. »
Jeudi matin, D'Artagnan a pris la route de Chicago, là où se tiendra le prochain repêchage de la LNH. Évidemment, il n'était pas seul. Ses frères Christian, Gabriel et Michaël étaient avec lui. Michaël et D'Artagnan étaient accompagnées de leurs « blondes ». Ils étaient donc six dans la voiture.
Les parents ? « Pas là. Ils sont partis à un mariage du côté de ma mère en Hollande », souligne le cadet des Joly. Ils vivront donc le rêve du bébé de la famille à distance.
L'attaquant du Drakkar de Baie-Comeau ne sait pas trop à quoi s'attendre en fin de semaine. La centrale de recrutement de la LNH l'a classé au 102e rang de ses meilleurs espoirs nord-américains. « C'est sûr que ça serait bien d'être réclamé par une équipe locale comme Montréal ou Ottawa, mais je veux juste être repêché par une équipe qui m'aime. C'est tout ce dont j'ai besoin. Je veux juste avoir une chance de faire mes preuves. »
Au repêchage de la LHJMQ, il était classé comme un espoir de cinquième ronde, mais les Olympiques de Gatineau l'avaient choisi en deuxième ronde. L'habile patineur pourrait-il faire le même coup à Chicago ?
« J'ai toujours été dans l'ombre des gros noms, mais j'ai toujours été capable de démontrer que j'étais capable de devenir un bon joueur. »
Malgré toutes les qualités athlétiques qu'on lui connaît, Joly sait qu'il a des dénigreurs. « On me répète sans cesse que je suis nonchalant, mais je pense avoir démontré au Combiné de la LNH que je pouvais obtenir les meilleurs résultats sans avoir l'air d'un gars sur le point de crever ! Je ne me vois pas comme une personne nonchalante. Je travaille aussi fort que les autres. Mes résultats au Combiné de la LNH l'ont prouvé. La mentalité que j'ai adoptée, c'est que je vais toujours tout donner pour pousser le plus possible. »
Doté d'un talent offensif supérieur à la moyenne, Joly n'aura qu'à convaincre une équipe samedi. Reste à savoir laquelle ? Et en quelle ronde ?
67's : quatre joueurs repêchés samedi ?
Le repêchage 2017 de la LNH pourrait être faste pour les joueurs de l'organisation des 67's d'Ottawa.
Trois de leurs patineurs seront assurément réclamés samedi à Chicago, mais un quatrième pourrait aussi susciter l'intérêt des équipes du circuit Bettman. Âgés de 17 ans, Sasha Chmelevski, Noel Hoenfenmayer et Austen Keating ont de fortes chances de trouver preneurs à partir de la deuxième ronde. À 19 ans, le russe Artur Tyanulin a fait une première apparition sur les listes de la centrale de recrutement de la LNH après avoir explosé avec une production de 85 points en 67 matches cette année.
Récemment, les équipes du circuit Bettman n'ont pas hésité à repêcher des joueurs plus âgés au lieu d'attendre après la séance de sélection pour les inviter à leurs camps d'entraînement.
L'attaquant américain Sasha Chmelevski (43 points en 58 matches) est le joueur le mieux classé des 67's selon la centrale de recrutement. Il arrive au 43e rang des espoirs nord-américains, mais certains recruteurs croient que le défenseur à caractère offensif Noel Hoenfenmayer (classé 75e) pourrait être réclamé avant son coéquipier à la suite d'une saison de 40 points en 62 matches. Le centre Austin Keating, auteur de 63 points cette saison, est classé 115e par la centrale alors que Tyanulin arrive au 166e rang sur sa liste.
Chez les Olympiques de Gatineau, Shawn Boudrias représente le seul véritable espoir au prochain repêchage de la LNH. La centrale l'a classé au 185e rang des patineurs nord-américains.
Acquis des Mooseheads de Halifax au début du mois de juin, le défenseur Mathieu Charlebois était sur la liste de la centrale à la mi-saison, mais son nom n'y figurait plus à la fin de l'année. Il conserve de minces chances d'être sélectionnés samedi tout comme Jeffrey Durocher et Mitchell Balmas.
Parmi les hockeyeurs de la région d'Ottawa/Gatineau, trois joueurs ontariens pourraient enfiler des chandails de la LNH comme D'Artagnan Joly samedi : les attaquants Greg Meireles (Kitchener), Oliver Castleman (Niagara) et le défenseur Jacob Paquette (Kingston).