Dans la salle, l'énergie dégagée par les troupes faisait grimper le mercure du thermomètre. Mais, malgré la chaleur et la sueur, les jeunes restaient unis, entre francophones.

Danser sa fierté francophone

La francophonie s'est célébrée par la voie de la danse, vendredi, dans le cadre de la sixième édition des Jeux de la francophonie canadienne. Des jeunes francophones d'un bout à l'autre du pays rassemblés à Gatineau se sont trouvés une seconde langue commune: le langage du corps et de ses mouvements.
Les délégations de provinces et territoires canadiens ont assisté à une compétition nationale de danse de rue. Les projecteurs n'étaient pas encore allumés que l'énergie des francophones venus du Nouveau-Brunswick à la Colombie-Britannique en passant par le nord de l'Ontario vibrait au diapason. Tous attendaient avec frénésie cette «compé de breakdance».
«Je suis trop excitée ! Je n'aurais jamais cru que nous allions vivre des moments aussi intenses avec des activités aussi nices. La danse, c'est comme notre langue, c'est une manière de s'exprimer», a lancé Jolyane Chamberlain, de la délégation du Nouveau-Brunswick.
Le centre Robert-Guertin, où les jeunes participants étaient réunis, était littéralement branché «sur le 220 volts».
«C'est la fête ! Je pratique moi-même la danse et c'est pour moi un autre moyen d'expression», a renchéri une autre participante de la délégation du Nouveau-Brunswick.
Dans la salle, l'énergie dégagée par les troupes faisait déborder le mercure du thermomètre. Mais malgré la chaleur et les gouttes de sueur, les jeunes restaient unis, entre francophones.
«Les Jeux de la francophonie, c'est une expérience qui m'a ouvert les yeux, qui a allumé ma fierté d'être francophone. Depuis le début des Jeux, j'ai rencontré beaucoup de gens et c'est là que j'ai réalisé que nous n'étions pas seuls et qu'il y avait des francophones partout au pays», a partagé Alaya Robert, du nord de l'Ontario.
Josh Nigoakury, de l'Île-du-Prince-Édouard, regardait le spectacle avec attention, en agitant son bâton fluorescent de gauche à droite. «C'est une expérience formidable. Je fais des rencontres mémorables et ce soir, je suis fier d'être francophone», dit-il brièvement, avant de retourner à son spectacle.
Les festivités se poursuivent jusqu'à dimanche à Gatineau.