Cyberintimidation internationale: un Ottavien accusé 181 fois

Un internaute d'Ottawa arrêté pour ses activités de harcèlement à l'échelle internationale, cette semaine, doit répondre aujourd'hui à 181 chefs d'accusation.
Robert Campbell, 42 ans, harcelait et intimidait ses victimes depuis sa résidence de l'ouest d'Ottawa. Il s'adressait à des personnes - au moins 38 d'à travers le Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni. De ce nombre, 18 sont d'Ottawa.
L'enquête baptisée « Projet Winter »  a duré huit mois. Le Service de police d'Ottawa et la Gendarmerie royale du Canada (GRC), ont réussi à identifier le suspect qui leur était inconnu au départ. Ce même suspect utilisait des logiciels préservant son anonymat sur Internet.
M. Campbell doit répondre à 27 chefs de harcèlement criminel, 85 chefs de libelle et de 69 chefs de fraude à l'identité. Le modus operandi de l'internaute demeure inconnu pour le moment.
Il comparaîtra devant les tribunaux ce vendredi.
« La cyber intimidation et le harcèlement sur internet sont des infractions graves», a déclaré l'inspecteur intérimaire Carl Cartright, du Service de police d'Ottawa, vendredi. «Les individus qui s'adonnent à ces activités seront inculpés au criminel par la police. Nous encourageons les victimes à se manifester pour signaler ces actes criminels.»
Les enquêteurs du SPO ont reçu l'aide du Service de police de Vancouver, de Central Saanich, de la Police provinciale de l'Ontario, du Service de police régional de Rothesay, de la Police régionale de Halifax, du Hertforshire Constabulary et du London Metropolitan Police Department au Royaume-Uni, ainsi que du Ferndale Michigan Police Department aux États-Unis.