Comme c'est trop souvent le cas (dans la LNH), on punit la conséquence du geste, pas le geste lui-même.

Coups de chapeau et coups de pied au derrière

Quelques notes et observations à l'issue d'un week-end du Super Bowl assez chargé.
Je ne vous avais pas donné mes prédictions pour le gros match présenté au New Jersey dimanche, et c'est tant mieux parce que j'étais dans le champ. Partisan de longue date des 49ers (ça remonte au milieu des années 1970, quand Steve DeBerg était leur quart), je souhaitais une victoire des Broncos et de Peyton Manning, en grande partie parce que je n'avais pas aimé l'arrogance de Richard Sherman à la fin de la finale de l'association Nationale.
Seattle a cependant à nouveau donné raison à l'adage voulant que c'est avec une défensive dominante qu'on gagne des championnats. Incroyable comment Manning avait peu de temps et d'espace pour manoeuvrer, alors que c'était tout le contraire pour Russell Wilson et l'offensive des Seahawks.
Au moins, le party de Super Bowl dont j'étais l'hôte a été un succès. Et surtout, le hasard a fait que le pointage final de 43-8 m'a permis de remporter les grands honneurs du pool organisé pour l'occasion.
"*
Pendant ce temps sur la planète hockey, c'était «plus ça change, plus c'est pareil». La photo parue dans nos pages hier et les reprises vidéos montraient clairement que lors du match Sénateurs-Maple Leafs de samedi, l'attaquant torontois Nazem Kadri a frappé le défenseur ottavien Cody Ceci de façon très dangereuse, le propulsant tête première dans la bande. Une séquence demeurée impunie qui a par surcroît mené à un but.
Il n'y a pas eu de sanction sur le coup et il n'y a pas eu de discipline supplémentaire de la LNH non plus, car Ceci s'est relevé immédiatement et il a même participé à l'altercation qui s'en est ensuivie. Il aurait fallu qu'il ne se relève pas pour que le préfet de discipline Brendan Shanahan s'en mêle. Comme c'est trop souvent le cas, on punit la conséquence du geste, pas le geste lui-même.
"*
À Montréal le Canadien a bougé hier, cédant le défenseur Raphaël Diaz aux Canucks de Vancouver contre un attaquant de quatrième trio, Dale Weise. Ce qui est dommage, c'est que cela vient mettre un terme aux blagues lorsqu'on faisait référence à Diaz comme le «joueur 61», tel que l'avait identifié l'entraîneur des Sénateurs Paul MacLean dans sa citation désormais célèbre des séries du printemps dernier. Il portera le «24» à Vancouver.
"*
Un coup de chapeau et un coup de pied au derrière, en terminant. Et ils vont tous deux à la même organisation.
L'Association de hockey mineur de Hull a lancé une belle initiative récemment, son «Plan Parrainage de l'AHMH», ou «PPA», afin de venir en aide aux familles qui ont peine à financer la saison de hockey de leur enfant. Selon ce plan, les parents démunis pourront se faire rembourser jusqu'à 50% des frais de cotisation demandés par l'équipe de leur enfant pour le fonctionnement de son équipe pendant la saison (frais de tournois,etc.).
L'organisme Loisir sport Outaouais a aidé l'AHMH à obtenir le financement initial du PPA par l'entremise du programme «Jeunes Espoirs du Hockey Hyundai», ce qui permettra de répondre aux besoins pour la saison en cours.
Une belle initiative à laquelle le public peut contribuer en versant des dons, en communiquant avec Brice Lafontaine, trésorier de l'AHMH, au 819-778-8566 ou au brice.anne@videotron.ca.
Pour ce qui est du coup de pied, je dois le aussi décerner à l'AHMH, de concert avec la Ville de Gatineau, parce que depuis déjà plusieurs mois, je demande à ce que des bannières soulignant les passages dans l'association de trois joueurs ayant atteint la LNH, Derick Brassard, Alexandre Picard et Matthew Barnaby, soient replacées sur le mur de Sabourin. Elles avaient été enlevées il y a plus d'un an et demi lors d'une opération rafraîchissement de l'aréna, mais elles n'ont toujours pas été remises à leur place, présentement occupée par de la publicité.