Amanda Trottier et Travis Votour.

Couple abattu à Gatineau: une victime attendait son procès

L'homme de 24 ans découvert sans vie dans un logement du secteur Aylmer, lundi, attendait son procès pour voies de fait sur un agent de la paix.
Travis Votour a été trouvé à quelques pas de sa conjointe, Amanda Trottier, 23 ans, elle aussi gisant dans une mare de sang, dans leur logement du 158, rue de la Terrasse-Eardley, vers 12h50.
Selon Pierre Cécile et Jacques Belley, deux avocats qui ont représenté M. Votour ces dernières années, le jeune homme avait quelques dossiers en attente au palais de justice de Gatineau. La victime, accusée de possession de cannabis et de voies de fait sur un agent de la paix, devait se présenter à son procès en mars prochain.
Il est aussi relié à d'autres voies de fait et des menaces remontant à 2011. Ses premiers passages devant la justice remontent à 2010, pour des menaces de mort.
Des dossiers concernant de la drogue et de méfaits apparaissent aussi à sa feuille de route.
Le couple a été expulsé de son logement en mai dernier, pour des loyers impayés. Les deux ont déménagé dans les semaines suivantes sur la rue de la Terrasse-Eardley.
Sans revenu fixe, Travis Votour a tantôt indiqué à la cour qu'il travaillait dans le milieu de la construction, et tantôt affirmé qu'il était sans emploi.
Lundi dernier, des proches ont affirmé que M. Votour avait reçu des menaces, il y a un mois. Des voisins maintiennent avoir été témoins d'une arrestation, il y a quelques semaines, sans pouvoir préciser s'il s'agissait de M. Votour ou d'autres personnes. Plusieurs ont pointé du doigt l'implication du couple dans des affaires de drogue pour expliquer les événements.
Il y a cinq ans, Travis Votour a participé à un programme fédéral visant à aider les jeunes à intégrer le marché de l'emploi. Il a participé, en 2009, à la confection d'une murale à l'intérieur du Centre alimentaire d'Aylmer. Un autre participant du même programme aurait reçu des menaces de sa part, dans les mois suivants.
L'enquête continue
Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) dit avoir rencontré «des dizaines de personnes» dans son enquête sur ce qui pourrait s'avérer les deux premiers meurtres de l'année 2014, en Outaouais. Des voisins ainsi que des membres des deux familles éprouvées ont été rencontrés par les enquêteurs. Mardi, les autorités policières refusaient toujours de dire s'il s'agissait d'un double meurtre ou pas.
C'est le père d'Amanda Trottier qui a découvert le couple sans vie, en se rendant chez sa fille.
Des proches et des membres des familles éprouvées multiplient les condoléances et les messages de détresse, sur les médias sociaux.
La mère de Mme Trottier, Victoria Lebrasseur, a demandé à Dieu de «trouver ces monstres pour rendre justice à Travis et Amanda». Elle répète qu'elle veut voir «ces animaux être punis» pour lui avoir «volé sa meilleure amie».
Le SPVG n'a toujours pas confirmé l'identité du couple dans la vingtaine, mais des proches se sont dits assurés qu'ils s'agissaient bien d'eux. Une fillette de trois ans, l'enfant de Mme Trottier, a été trouvée dans une chambre à coucher, saine et sauve.
Une autopsie devrait être pratiquée sur les deux corps au plus tard mercredi, à Montréal.
Avec Jonathan Blouin