Denis Shapovalov, 234e raquette mondiale, affrontera Dan Evans, 45e raquette mondiale vendredi après-midi à l'aréna de la Place TD.

Coupe Davis: Shapovalov dans la fosse aux lions

Le très expérimenté arbitre Brian Earley sera d'office, ce week-end, lors des matches de la Coupe Davis qui seront présentés à Ottawa. À quelques heures du premier match, il avait un message à lancer à tous ceux qui ne donnent pas cher de la peau du Canada.
« Le classement mondial ne veut rien dire ici, s'exclame-t-il. Vous pouvez jeter tout ça par la fenêtre. Je pourrais vous parler de joueurs qui ont réussi à battre des adversaires beaucoup mieux cotés qu'eux à la Coupe Davis. J'ai aussi connu des joueurs qui n'ont jamais été capables de bien paraître dans ce tournoi », a-t-il résumé, jeudi.
Denis Shapovalov était peut-être à l'écoute. Ça ne pourra certainement pas lui nuire.
L'adolescent de 17 ans, qui occupe le 234e rang au classement mondial, a été identifié comme deuxième joueur de l'équipe canadienne.
Quand la compétition prendra officiellement son envol, vendredi après-midi à l'aréna de la Place TD, il aura donc la lourde tâche de se frotter au meilleur joueur britannique.
Il s'agit de Daniel Evans, 45e raquette mondiale.
La décision d'envoyer un joueur aussi peu expérimenté dans la fosse aux lions n'a rien pour surprendre l'équipe visiteuse.
« Non, ça ne me surprend pas vraiment. Ça s'est déjà vu dans le passé. J'ai moi-même déjà utilisé un ado en pleine finale de la Coupe Davis. Quand ils sont prêts, ils sont prêts », a réagi le capitaine britannique, Leon Smith.
Son vis-à-vis canadien, Martin Laurendeau, est capable de fort bien défendre son choix.
« J'ai confiance en Denis. Nous allons jouer sur une surface particulièrement. Les conditions de jeu seront très rapides. Ça peut conférer un certain avantage aux gauchers comme Denis. Nous croyons que la majorité de points vont se faire en deçà de quatre ou cinq coups. Nous ne nous attendons pas à ce qu'il y ait beaucoup de très longs échanges. Denis a un style de jeu complexe. Il flashe beaucoup, excusez l'expression. Il laisse partir des coups. Il joue de façon très agressive. Il dérange l'adversaire avec son style de jeu. On espère qu'il pourra profiter de tout ça vendredi. »
Shapovalov, par-dessus tout, est un jeune homme frondeur qui ne manque pas de confiance en ses moyens. Il se dit heureux et fier de disputer le tout premier match de la compétition.
« Je connais mon rôle depuis quelques jours. J'ai un peu ralenti mon régime d'entraînement, je voulais m'assurer que mon corps serait prêt. Les autres membres de l'équipe s'occupent bien de moi. Ce sera le premier match de cinq sets de ma carrière. Ce sera différent, mais je crois que je serai prêt. »
Shapovalov, soit dit en passant, passera une bonne partie de l'hiver dans la région de la capitale fédérale.
Il a profité de son passage dans le coin pour donner de bonnes nouvelles aux dirigeants des Internationaux de tennis de Gatineau. Il entend participer au tournoi de la série Futres de l'ITF, à la Sporthèque de Hull, du 25 février au 5 mars.
Pospisil partout
Dans le deuxième match qui sera présenté vendredi, Vasek Pospisil affrontera le Britannique Kyle Edmund.
Le meilleur joueur canadien sera très sollicité durant le week-end. Samedi, il fera équipe avec le vétéran Daniel Nestor dans le match en double.
Pour l'instant, Laurendeau compte utiliser seulement trois joueurs. Peter Polansky, appelé en renfort pour remplacer Milos Raonic, pourrait passer les prochains jours sur les lignes de côté.