Philippe Couillard était de passage dans la circonscription de Papineau, jeudi.

Couillard met la table

Philippe Couillard considérera sérieusement l'option d'un «statut particulier» pour l'Outaouais en matière d'études supérieures si le Parti libéral du Québec est élu aux prochaines élections.
De passage dans le comté de Papineau, mercredi, le chef de l'opposition a rencontré les trois conseillers municipaux du secteur est de Gatineau et des représentants de la Chambre de commerce de Gatineau et du Regroupement des gens d'affaires de la Basse-Lièvre. Tout ça avant d'assister en soirée au «bien cuit» de Norman MacMillan à Buckingham.
Parmi les dossiers chauds abordés entre le chef du Parti libéral et les intervenants, l'exode des étudiants gatinois vers l'Ontario et le dossier du Rapibus ont notamment refait surface. M. Couillard a soulevé la problématique des études supérieures en Outaouais, un thème dont il avait déjà parlé lors de visites antérieures. La région doit bénéficier d'un «statut particulier» semblable à celui accordé en matière de santé, a-t-il réitéré, soutenant qu'il s'agissait d'une priorité régionale.
«Il me semble que le domaine de l'éducation supérieure, c'est-à-dire les cégeps et les universités, doit bénéficier de la même approche. Vous savez que vous perdez beaucoup d'étudiants qui vont étudier de l'autre côté de la rivière et bien sûr, on veut les ramener. Mais on ne peut pas passer une loi pour les ramener. Ce qu'il faut pour que ces étudiants et étudiantes décident d'étudier de ce côté-là de la rivière, c'est de leur offrir des programmes attirants qui vont leur permettre de faire le choix de rester en Outaouais», a déclaré le chef libéral.
Prolongement du Rapibus
Il a d'autre part insisté sur l'engagement du Parti libéral à prolonger le trajet du Rapibus jusqu'à l'est de Gatineau si sa formation est portée au pouvoir. «C'est un projet qui est très structurant en autant qu'on complète et qu'il joue son rôle. Ce qu'on me dit, c'est que les citoyens ne sont pas uniformément heureux de la façon dont ça fonctionne. Peut-être est-ce parce qu'il n'est pas encore allé assez loin à l'est? Avant de dire que ce n'est pas bon et que ça ne fonctionne pas, assurons-nous de le faire comme il faut.»
M. Couillard s'est par ailleurs défendu de visiter la circonscription de Papineau dans le but de donner un coup de pouce au député Alexandre Iracà. Ce dernier avait remporté son siège par une mince majorité de 167 votes en septembre 2012. Le candidat du Parti québécois, Jean-François Primeau, avait bien failli causer la surprise dans le comté.
«Nous allons faire des efforts dans toutes les circonscriptions. Pour moi, l'Outaouais est une région très importante et toutes les circonscriptions sont importantes», a simplement répondu M. Couillard à ce sujet.
Le chef de l'opposition officiel poursuit sa tournée dans la Lièvre et la Petite-Nation aujourd'hui. Il doit rencontrer une fois de plus des gens d'affaires et des représentants d'organismes communautaires.