Un peu malgré lui, le maire de Cornwall, Bob Kilger, a été pris au coeur de la tempête linguistique qui secoue l'Hôpital communautaire de Cornwall.

Cornwall souhaite le retour d'une université

Le maire Bob Kilger souhaite le retour d'une université à Cornwall, dans l'Est ontarien. C'est dans l'air depuis quelque temps, un groupe de citoyens et de gens d'affaires font pression pour l'aménagement d'une institution d'enseignement supérieur à Cornwall. Plus tôt ce mois-ci, ce même regroupement est allé tenter de convaincre le conseil municipal de l'appuyer dans ses démarches de « grande séduction » auprès de différentes universités.
L'idée a séduit l'ensemble des élus.
« Une université chez nous donnerait l'opportunité à la communauté de Cornwall de se métamorphoser de manière significative et positive. Un campus universitaire change complètement toute la vie d'une ville. Il y a un mouvement d'enthousiasme qui s'installe. L'ensemble du conseil, y compris moi, est derrière ce projet d'université », a commenté le maire de Cornwall, Bob Kilger.
Un comité d'une trentaine de personnes a été formé il y a deux ans et demi pour attirer une université à Cornwall. Le regroupement n'a pas chômé et les nouvelles sont encourageantes, note le leader du mouvement Gerry Benson, un homme d'affaires de la région.
« Nous avons approché 22 universités et nous avons reçu huit réponses positives », a commenté M. Benson.
La ville de Cornwall a déjà eu son campus universitaire, un établissement satellite relié à l'Université d'Ottawa au début des années 1970. Mais depuis 1993, l'enseignement se fait par correspondance et il est impossible d'obtenir un baccalauréat.
Le comité est d'avis que l'arrivée d'un campus universitaire à Cornwall contribuerait à la rétention de la jeunesse.
La ville de Cornwall a déjà des installations en place pouvant servir de locaux satellites universitaires comme le campus du Collège St-Laurent et l'Institut des sciences environnementales du fleuve St-Laurent.
Le maire de Cornwall croit le projet réaliste.
« On se doit de temps en temps de rêver. Et le rêve, de plus en plus, se concrétise, un pas à la fois, d'une étape à l'autre », a déclaré Bob Kilger.
Cornwall compte environ 30 % de francophones.
La désignation linguistique d'une future université à Cornwall n'a pas encore été officialisée.