Le jeune canadien de 17 ans Denis Shapovalov a remporté la 10e édition du tournoi Futures de Gatineau, dimanche.

Conclusion parfaite pour le Futures de Gatineau

« L'étoffe d'un champion, c'est d'être capable de se ressaisir, de se regrouper et de revenir plus fort. Denis est en train de nous montrer son vrai visage. »
Martin Laurendeau occupait un fauteuil de choix, dimanche après-midi, à la Sporthèque de Hull. Il n'était pas fâché d'avoir fait le voyage en Outaouais pour assister à la finale du 10e tournoi de tennis Futures de Gatineau.
Son poulain Denis Shapovalov a couronné une semaine de rêve. Il a battu le Français Gleb Sakharov 6-2 et 6-4 en finale du tournoi professionnel doté d'une bourse de 25 000 $.
Faut-il rappeler que l'année avait plutôt mal débuté pour lui ?
Le mois dernier, l'ado de 17 ans a causé la perte du Canada en Coupe Davis. Il a été disqualifié dans le match décisif après avoir atteint un arbitre à la tête avec une balle.
« Cette histoire l'a affecté beaucoup. Il a été touché personnellement », soutient Laurendeau, qui agit à titre de capitaine de la sélection canadienne.
L'important, précise-t-il, c'est de rebondir.
En finale du Futures, Shapovalov affrontait un adversaire coriace.
Sakharov est âgé de 28 ans. Il compte quelques années d'ancienneté de plus que lui sur le circuit de l'ATP. Son expérience lui avait valu d'être identifié comme tête de série numéro un à Gatineau.
« Je pense que Denis a joué un super match, a lancé Laurendeau. À l'exception d'un jeu, c'était parfait. Il a été bon tant au service qu'en récupération. Il a bien géré son temps. Il a réussi à demeurer calme dans ses échanges et à se montrer explosif dans ses attaques. Il a été très équilibré. »
En quittant le court, le vice-champion n'a pas eu le choix de s'incliner. « Ce fut un match compliqué pour moi. C'était la première fois que j'affrontais Denis. Je n'aime pas particulièrement affronter les gauchers. Je peux vous dire que pour un jeune de 17 ans, il joue très bien au tennis. J'ai été un peu dominé dans toutes les facettes du jeu. Il été meilleur que moi », a-t-il résumé.
Grosse foule
Shapovalov, lui, n'a pas manqué de saluer la foule. « J'ai senti qu'elle me soutenait. Sans elle, je n'aurais sans doute pas gagné ce tournoi », dit celui qui empochera un chèque de 3600 $ à la suite de ce triomphe. Il amassera également 35 précieux points au classement de l'ATP.
La foule fut, en effet, très bruyante. Les organisateurs du Futures ont même annoncé qu'ils ont fracassé un record d'assistance. « Nous organisons neuf tournois Futures, par année, au Canada. Celui de Gatineau est sans contredit celui qui attire les meilleures foules », a soutenu un porte-parole de Tennis Canada, Richard Quirion, durant la cérémonie de clôture.
Ça fera du bien aux organisateurs, qui ont admis avoir vécu des moments difficiles dans les derniers mois. « Organiser des événements comme celui-ci n'est jamais facile », dit le co-président du comité organisateur, Mathieu Toupin.
Ils seraient maintenant décidés à organiser une 11e édition du Futures, à l'hiver 2018.