Chiheb Esseghaier, l'un des deux Canadiens accusés relativement au présumé complot visant un train de Via Rail.

Complot contre VIA Rail: l'accusé fulmine contre le mariage gai

Le Montréalais accusé d'avoir planifié un attentat terroriste contre un train de passagers a fait d'une comparution à Toronto qui devait être rapide et sans histoire, mercredi, une charge contre la fouille à nu et le mariage gai.
Chiheb Esseghaier, l'un des deux Canadiens accusés relativement au présumé complot visant un train de VIA Rail, a apostrophé le juge John McMahon, de la Cour supérieure, pour l'avoir interrompu.
Esseghaier et son coaccusé, le Torontois Raed Jaser - tous deux dans la trentaine -, étaient en cour, mercredi, pour une comparution, qui se voulait brève, visant à fixer une nouvelle date pour les procédures.
Cette date a éventuellement été fixée - ils reviendront devant le tribunal le 21 février -, mais pas avant que le Montréalais, qui n'a pas d'avocat, se plaigne bruyamment d'avoir été fouillé à nu mercredi, et y aille de plusieurs commentaires contre le mariage gai.
Esseghaier s'est plaint d'avoir été contraint de montrer ses parties génitales aux agents de sécurité avant sa comparution, déplorant qu'une division du système judiciaire - le tribunal - n'a pas confiance en l'autre - la prison -, ce qui démontre selon lui la faiblesse du système.
Raed Jaser, qui est représenté par l'avocat John Norris, et qui s'était vu refuser une libération sous caution en novembre, n'a rien dit durant l'audience de mercredi.