Après une année d'incertitude créée par les ratés du système Phénix, la Campagne de Charité en milieu de travail 2017 a décidé de prendre un virage et de faire les choses autrement cette année dans l'espoir d'atteindre son objectif en argent, en « vies changées » et en heures de bénévolat.

Changer la vie de «70 000 personnes»

Après une année d'incertitude créée par les ratés du système Phénix, la Campagne de Charité en milieu de travail 2017 a décidé de prendre un virage et de faire les choses autrement cette année dans l'espoir d'atteindre son objectif en argent, en « vies changées » et en heures de bénévolat.
« Notre objectif cette année est de 17 millions $. Puisque chaque vie changée représente 248 $ en moyenne, nous visons donc 70 000 vies changées et 7000 heures de bénévolat dans la communauté. De plus, nous allons aussi organiser des journées de Défis d'apprentissage auxquelles pourront participer les gens qui auront contribué à changer la vie d'une personne », a expliqué Marie Lemay, présidente de la Campagne 2017, et sous-ministre des Services publics et de l'Approvisionnement et responsable du système de paye Phénix. 
Pour la première fois, le lancement a eu lieu sur la Colline parlementaire où une marée de plus de 2500 fonctionnaires, la plupart vêtus d'un chandail rouge, a participé, sous une chaleur accablante, à une course-marche dans les rues d'Ottawa et de Gatineau. Le gouverneur général, David Johnston, était présent en compagnie du greffier du Conseil privé, Michael Wernick, et de Mme Lemay, la présidente de la Campagne 2017 pour ce lancement 2017. Le parcours de cinq kilomètres empruntait la rue Wellington, le pont du Portage, jusqu'au Musée canadien de l'histoire et le pont Alexandra.
L'an passé, 16,2 M$ ont été amassés alors que l'objectif était de 18 M$. Les responsables ont donc décidé de se retrousser les manches, et avec l'appui notamment de plusieurs jeunes fonctionnaires inspirés, la campagne propose cette année des moyens différents pour susciter l'appui et les dons des fonctionnaires et de nombreux partenaires.
« Depuis quelques années, les gens donnent de manière différente. Et avec le 150e anniversaire de la Confédération, nous avons pensé qu'il fallait rafraîchir notre approche. La course pour le lancement fait partie de ces changements » a expliqué la sous-ministre Lemay.
Parlant de l'impact des problèmes liés à Phénix sur la dernière campagne, Mme Lemay, qui en était coprésidente, a souligné que malgré les craintes de plusieurs, il n'y a pas eu de problèmes avec les prélèvements automatiques. 
Au cours de la dernière campagne, il y a eu une baisse des prélèvements automatiques de 68 à 57 %. 
« Il est possible que les gens étaient nerveux en raison de l'incertitude créée par Phénix. Encore cette année, il y a encore des enjeux avec le système de paye. Mais l'important, c'est que les gens contribuent, en argent ou en temps, de la façon dont ils le souhaitent » a indiqué Mme Lemay.