Champagnes et autres bulles

Encore quelques recommandations de Champagne cette semaine ainsi que quelques bouteilles de bulles plus abordables. N'oubliez pas que ce samedi et dimanche, les 20 et 21 novembre, la SAQ vous remettra l'équivalent de 15 % de vos achats en carte cadeaux, pour tout achat de minimum 100 $. C'est le temps de faire vos achats pour les festivités de décembre !
Il y a deux semaines, je vous recommandais le Brut Impérial Blanc de Moët & Chandon (SAQ 453084, 62,75 $, aussi disponible dans saq.com ; LCBO 453084, 60,40 $). J'avais été agréablement surprise en le goûtant pour la première fois depuis longtemps. Mais c'était au domaine, en Champagne. Il faut toujours se méfier des dégustations chez un producteur : malgré nos efforts constants de recherche d'objectivité, il est facile de se laisser charmer lorsqu'on est sur place. Comme ça arrive aussi à bien des gens en vacances : vous avez goûté un vin quelque part dans un décor enchanteur. Rapportée dans vos valises à la maison, la bouteille dégustée à la terrasse d'un petit bistro, à la douce chaleur du sud de la France, n'a tout d'un coup plus le même charme quand vous la buvez à la maison lors d'une grise journée d'hiver...
Mais j'ai encore goûté le Brut Impérial tout récemment, lors d'une dégustation d'une trentaine de vins, Champagnes et autres bulles confondus, et à l'aveugle cette fois-ci, donc en éliminant tout risque de subjectivité. J'ai été tout aussi impressionné ! Mes notes mentionnaient « brioche, noisette, poire ; très belle bouche, puissante, portée par de fines bulles ; excellent équilibre entre richesse et finesse ; très longue finale sur amande, poire au beurre et minéralité crayeuse ». Le vin était présenté en magnum lors de cette dégustation, et alors que les magnums sont souvent plus chers que deux bouteilles du même vin (les grandes bouteilles sont plus coûteuses et leur production est plus petite), celui-ci est exactement le double : Magnum Brut Impérial Blanc de Moët & Chandon (SAQ 10556601, 125,25 $, 1 500 ml ; aussi disponible dans saq.com). Les bulles, c'est déjà festif, mais un magnum, ça l'est encore plus !
Un autre que j'ai beaucoup apprécié lors de cette dégustation, et dont toute la gamme m'avait grandement impressionné lors de mon récent voyage, est le Brut Blanc Souverain de la maison Henriot (SAQ 10796946, 64,50 $). Passablement riche avec des arômes de crème pâtissière et de brioche, mais d'une très grande finesse et des notes d'agrumes, de clémentine, qui lui apportent beaucoup de fraîcheur. Encore une fois, un très bel équilibre entre puissance et élégance.
Plus en retenue, tout en finesse, le Brut Réserve de Taittinger m'a semblé meilleur que jamais (SAQ 10968752, 54,00 $ ; devrait arriver en succursale la semaine du 6 décembre ; Vintages 814723, 52,95 $). Des arômes de fleurs blanches et de camomille lui confèrent beaucoup d'élégance, on pourrait s'attendre à un vin délicat, mais il fait preuve d'une remarquable puissance contenue en bouche. Déjà délicieux à boire, je n'hésiterais pas à en mettre de côté pour quatre ou cinq ans.
Je vous rappelle régulièrement l'excellent rapport qualité-prix du Roederer produit en Californie, mais il ne faut pas non plus oublier son grand frère ! Le champagne Brut Premier de Roederer (SAQ 268771, 65,25 $ ; Vintages 268771, 67,95 $) a longtemps été parmi mes favoris. Dans un style plus vineux, avec des arômes de brioche et de pain grillé, d'amande et de poire, il présente aussi un très bel équilibre et s'avère un excellent choix pour la table.
Un autre que je n'avais pas goûté depuis un certain temps et qui s'est classé parmi mes favoris lors de cette dégustation à l'aveugle est le Paul Goerg Brut Premier Cru 2004 (SAQ 439190, 52,25 $ ; aussi dans saq.com). Un des moins chers sur le marché, il est d'une qualité irréprochable. Issu à 100 % de chardonnay, son fruit est très mûr, avec aussi des arômes de pain grillé, de beurre et de noix. La bouche est suave, presque onctueuse. Beaucoup de complexité à ce prix et une longue finale crescendo. Très réussi !
En rafale, quelques très bons vins mousseux
La Cuvée No.1 de No.1 Family Estates à Marlborough (SAQ 11140658, 33,00 $ ; aussi dans saq.com). Un blanc de blancs (100 % chardonnay), fin et savoureux, qui je suis certaine détrônerait plusieurs champagnes de moins bonne qualité.
Le Crémant de Bourgogne Prestige de Moingeon (SAQ 871277, 20,15 $). Tout en finesse et en fraîcheur, pas très complexe mais très droit et savoureux. Parfait pour l'apéritif et un très bon rapport qualité-prix.
Le Crémant de Limoux Antech Cuvée Expression (SAQ 10666084, 18,05 $). Pour sortir des sentiers battus. Ce crémant élaboré avec du chardonnay, du chenin blanc et du mauzac, est plus vineux et offre d'intrigantes notes de nougat et de miel. Il joue aussi le jeu de l'équilibre entre puissance et finesse, et s'en sort à merveille. Ne laissera personne indifférent !
Il n'y en a pas en Outaouais, mais beaucoup dans la province et plus de 3 500 bouteilles sont attendues sous peu. Le Cava Brut de Parès Balta (SAQ 10896365, 14,80 $), élaboré par un des meilleurs producteurs de Catalogne, me fait sourire chaque fois que j'y trempe les lèvres : pas compliqué, aussi frais que de croquer dans une pomme, franc et tout simplement délicieux. Comme les gens qui le font, pas prétentieux pour deux sous, mais il ne déçoit jamais !
Et finalement, le prosecco a le vent dans les voiles. Mais il y a une mer de produits quelconques sur le marché. Pour ne pas se tromper, on choisit un des meilleurs producteurs de ce vin mousseux de Vénétie. Le Crede Prosecco di Conegliano Valdobbiadene 2009 de la maison Bisol (SAQ 10839168, 19,75 $) est élaboré avec le cépage prosecco et ne ressemble en rien au Champagne ou au Cava. Très fruité, tout en étant sec, il offre des arômes de fleurs blanches, de pommes vertes et de banane séchée. Un vrai délice avec des sushis ou sashimis !