C'est non!

Les premiers ministres prennent parfois des décisions incompréhensibles.
La nomination de Marc Nadon à la Cour suprême par Stephen Harper en est une. L'article 6 de la Loi sur la Cour suprême était pourtant clair: «Au moins trois des juges sont choisis parmi les juges de la Cour d'appel ou de la Cour supérieure de la province de Québec ou parmi les avocats de celle-ci.»
Or, la nomination de M. Nadon, juge de la Cour fédérale, ne remplissait pas ces conditions. L'avis que le premier ministre a demandé à la Cour suprême lui est revenu vendredi comme une gifle.
Non seulement le plus haut tribunal confirme-t-il la validité des dispositions de l'article 6, mais il nie au gouvernement fédéral le droit de modifier seul cet article. Il s'agirait d'un amendement constitutionnel devant recevoir l'approbation de toutes les provinces. M. Harper vient-il enfin de se buter à un obstacle qu'il ne pourra contourner?