Dans le junior B, personne n'a pu tenir tête aux Vikings depuis quatre ans.

Casselman a un nouveau rival d'Embrun

Les colonnes du complexe J.R. Brisson ont vibré cet été à Casselman.
Champions des quatre dernières saisons de la Ligue centrale junior-II (junior B), les Vikings de Casselman devront se méfier d'un nouveau rival pour la saison 2017-18 avec l'arrivée des Panthères d'Embrun.
D'un seul trait, une intense rivalité vient de naître. Dans le junior B, personne n'a pu tenir tête aux Vikings depuis quatre ans. Pendant ce temps, les Panthères ont dominé la scène du junior C. Propriétaire du club depuis 1998, Maurice Lemieux avait gagné 10 championnats. «Il fallait sortir de là. Ça faisait 40 ans qu'il n'y avait pas de junior B à Embrun. Avant d'acheter les Panthères, j'avais eu la main heureuse avec notre équipe championne mondiale de ballon-balai. Darryl Campbell m'avait aidé à lancer les Panthères après le ballon-balai. Il était rendu à Metcalfe et quand j'ai vu que son club junior B était à vendre et que je pouvais le ravoir comme entraîneur-chef et directeur général, j'ai sauté sur l'occasion. Il était temps de donner à Embrun ce qu'elle méritait : une équipe de hockey dans une ligue plus forte.»
Bon an, mal an, Maurice Lemieux s'était rendu compte que son équipe avait une coche au-dessus des autres dans le junior C. Pour lui, il était temps d'attaquer un nouveau défi.
Situé à 15 minutes de route sur la 417, le club d'Embrun viendra jouer dans les plates-bandes des Vikings, À Casselman, le maître d'oeuvre de la dynastie des Vikings, Raymond Lavergne, a accueilli tièdement l'arrivée des Panthères.
«C'est bon et pas bon en même temps. C'est sûr que ça va créer un engouement pour les partisans. Il y aura plus de monde à nos matches, mais on va s'affronter seulement quatre fois par année. Jeune, quand j'étais à St-Albert, j'avais appris à haïr les équipes d'Embrun. Pour la rivalité, c'est bien. Ce que je trouve plate, c'est que nous allons nous battre pour les mêmes joueurs et notre bassin n'est pas assez grand pour deux équipes. J'ai d'ailleurs trois joueurs d'Embrun dans mon équipe alors que les Panthères n'en ont aucun.»
Le copropriétaire et directeur général des Vikings s'attend toutefois à ce que les Panthères mènent la vie dure à son équipe dès cette année. «Ce qui est dommage, c'est que trois des meilleures équipes (Ottawa Ouest, Embrun et Casselman) de la ligue se retrouvent dans la même division. En séries, une des trois va tomber en deuxième ronde, mais on ne cachera pas que nous allons viser un cinquième championnat de suite. Nous avons l'équipe pour le faire. Nous avons 14 joueurs de 20 ans...»
Chez les Panthères, qui ont commencé leur saison en amassant trois points en trois matches, Maurice Lemieux a rapidement constaté l'amélioration dans la qualité du jeu entre le junior C et le junior B. «Nous avons été finalistes l'an dernier et aucun de nos anciens joueurs n'a pris la chance de venir au camp cette année. C'était trop fort. Nous n'avons peut-être pas de joueurs d'Embrun cette année, mais nous avons six-sept joueurs de Russell et de Metcalfe. On espère que les gens vont venir nous encourager.»