La skieuse de fond Sophie Carrier-Laforte, d'Aylmer participera aux deux prochaines étapes de la Coupe du monde.

Carrier-Laforte appelée en renfort

Sophie Carrier-Laforte va renouer avec le circuit de la Coupe du monde beaucoup plus vite que prévu.
La skieuse de fond d'Aylmer a été appelée en renfort par l'équipe canadienne en vue des deux prochaines étapes en Europe. Résultat, elle est débarquée, tard mardi, en Suisse.
Une épreuve de sprints l'attend dimanche à Davos. Par la suite, Carrier-Laforte prendra la direction de la France en vue d'un skiathlon de 15 km puis un relais, chaque fois à La Clusaz.
«Je ne pensais pas participer à une course de la Coupe du monde cet hiver, peut-être seulement celle en fin de saison à Peyongchang», a raconté l'athlète âgée de 21 ans au bout du fil.
Mais une blessure à une membre du quatuor canadien, Maya Macisaac-Jones, a changé la donne. Les entraîneurs ont commencé à scruter la liste de possibles remplaçantes durant le dernier week-end.
Carrier-Laforte avait défendu la feuille d'érable aux championnats du monde juniors en 2014 en Italie, puis l'année suivante à Almaty, au Kazakhstan.
L'hiver dernier, elle a pris le départ des Mondiaux chez les moins de 23 ans en Roumanie, participant ensuite à sept des huit étapes du Ski Tour Canada.
Ce fut ses premières glisses sur le circuit de la Coupe du monde.
Son meilleur résultat fut une 52e position au 10 km à Canmore. Deux jours auparavant, elle avait terminé dernière à un skiathlon.
Une aventure durant laquelle elle avait appris beaucoup en étant confrontée aux grandes vedettes du ski de fond.
«Là, je m'en vais sur leur terrain de jeu en Europe. Je vais garder les yeux grands ouverts... Je serai en mode éponge», a-t-elle lancé.
Une porte ouverte
Carrier-Laforte, 21 ans, devait participer initialement participer à des courses du circuit Nor-Am en Colombie-Britannique où elle se trouvait déjà pour des séances d'entraînement. Changer ses plans à la dernière minute ne la dérangeait nullement. Au contraire.
«Je pense que ça va bien partir la saison, a-t-elle commencé par dire à ce sujet.
«C'est une année préolympique et un de mes objectifs, c'est me démarquer un peu du lot. Je vise une participation aux championnats du monde des moins de 23 ans qui auront lieu en janvier au Utah.»
Surtout qu'en ce moment, l'équipe canadienne senior s'avère en reconstruction. Plusieurs vétérantes ont opté pour la retraite depuis les derniers Jeux olympiques.
«Il y a un petit trou qui est en train de se remplir. J'essaie de prendre ma place.»
Mais du même souffle, Sophie Carrier-Laforte demeure réaliste en vue des arrêts de Davos et La Clusaz. «Je n'ai pas de grandes attentes. Je m'en vais là-bas en ne pensant à rien. Je vais juste skier et ça donnera ce que ça donnera», a-t-elle ajouté.
Il reste tout de même que le Canada aimerait bien faire en relais. Carrier-Laforte dit vouloir «être une bonne coéquipière» en vue de cette course qu'elle fera aux côtés de Cendrine Browne, Emily Nishikawa et Dahria Beatty.