François Legault a dévoilé mardi son autobus de campagne, qui porte le slogan «On se donne Legault».

CAQ: base militante dégonflée en Outaouais

Une forte insatisfaction règne parmi les militants de la Coalition avenir Québec (CAQ) en Outaouais, certains préfèrent même ne pas s'impliquer lors de la prochaine campagne électorale, a appris LeDroit.
Pendant le lancement de sa campagne hier à Québec, le chef de la CAQ, François Legault, a vanté la compétence de ses candidats, même si plusieurs d'entre eux sont peu connus. Il s'agit là d'un premier désaccord entre l'état-major du parti et les militants de l'Outaouais. Ceux qui se sont confiés au Droit se disent insatisfaits des candidatures de la CAQ dans la région, particulièrement dans Hull et Gatineau.
Dans les deux cas, les militants critiquent que les décisions soient imposées par la permanence du parti à Montréal. Ils disent être tenus dans l'ombre de toutes les décisions, même celles qui les concernent directement. De fait, les membres du Comité d'action locale du comté de Hull ont appris la nomination du candidat Jean Bosco Citegetse moins de 24 heures avant l'annonce officielle.
La candidature d'André Paradis dans Gatineau choque quant à elle puisqu'il n'est pas originaire de la région.
Rien pour aider les choses, les militants croient que ces deux candidats n'ont aucune chance de gagner leur siège. Ils donnent en exemple les entrevues accordées par MM. Paradis et Citegetse à l'émission du midi au FM 104,7. «Ils n'étaient même pas capables de répondre à des questions sur les principaux dossiers de la région, ils ont eu l'air fous», affirme un militant.
Peu d'engouement
Les membres de la CAQ avec qui LeDroit s'est entretenu préfèrent garder l'anonymat. Malgré la situation actuelle, ils disent toujours adhérer aux valeurs du parti et espèrent pouvoir y apporter une contribution dans les prochaines années. Mais pour l'instant, ils indiquent que la ferveur des membres est à son plus bas dans la région.
Déjà que la CAQ ne jouit pas d'une base militante des plus imposantes dans la région, elle a de la difficulté à rallier ses troupes. Dans Hull, par exemple, on nous indique qu'ils seraient moins de dix à être actifs sur un total d'environ 70 membres, et certains d'entre eux ne comptent pas s'impliquer durant la prochaine campagne électorale. D'autres vont tout de même donner un coup de main à M. Citegetse, mais pas avec la même vigueur que par le passé.
«Il va quand même avoir une équipe derrière lui, mais bon.»
Un autre militant souligne le slogan électoral «On se donne Legault» révélé hier pour justifier son manque d'enthousiasme. «Horrible», résume-t-il. «À 15% dans les sondages, c'est sûr que tu y penses à deux fois avant de te lancer.»
Angers n'est pas d'accord
L'ancien candidat du parti dans Chapleau, Luc Angers, dit ne pas connaître la situation dans les autres comtés, mais il affirme avoir «bon espoir» de rallier les troupes dans sa circonscription. M. Angers estime que son Comité d'action locale a réussi à garder un certain engouement en organisant la visite de ténors du parti comme Jacques Duchesneau et Christian Dubé. «C'est certain qu'on aimerait être plus, on ne le cache pas, mais on a vraiment de l'enthousiasme.»