Le président de l'AFO, Denis Vaillancourt.

Budget ontarien: les francophones oubliés, selon Vaillancourt

Le gouvernement libéral ontarien avait deux mois pour enrichir de propositions concrètes les bonnes intentions formulées à l'égard des francophones de l'Ontario, dans son budget pré-électoral déposé au mois de mai. Le ministre des Finances, Charles Sousa, a toutefois choisi de reprendre, à la virgule près, son plan budgétaire printanier, déplore le président de l'Assemblée de la Francophonie de l'Ontario, Denis Vaillancourt.
L'incertitude persiste donc dans le dossier de la relance du Collège d'Alfred. Personne ne sait jusqu'à quand les cours pourront être maintenus sans un engagement à long terme du gouvernement provincial. Le budget déposé lundi par M. Sousa n'apporte aucun éclaircissement à cet égard.
« Où se situe la solution pour (le Collège) Alfred ? Nous n'en avons pas d'indication, affirme M. Vaillancourt, qui réitère l'importance du seul collège francophone spécialisé en agriculture de la province. Ça nous inquiète. »
La députée libérale d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde, soutient de son côté que le gouvernement attend la publication d'un rapport à la fin de l'année avant d'agir.
L'adjointe parlementaire à la ministre déléguée aux Affaires francophones rappelle que son parti a offert et réitéré son appui au collège maintes fois depuis le désengagement de l'Université de Guelph, au mois de mars.
« Nous avons fait un point de presse en campagne électorale qui démontrait notre engagement (envers le collège). Nous nous sommes engagés à travailler à la relance dans la prochaine année. Nous savons que c'est très important pour les francophones », affirme-t-elle.
Le gouvernement de Kathleen Wynne entretient également le floue quant au soutien financier qu'il accordera aux célébrations entourant le 400e anniversaire de la présence française en Ontario.
Contrairement à d'autres festivals et événements culturels qui se tiendront bientôt dans la province, aucun financement précis n'est inscrit au budget pour souligner cet anniversaire.
« Le budget mentionne le 400e, se réjouit M. Vaillancourt. Mais on ne sait pas aujourd'hui combien seront investis. »
Appelée à commenter, Mme Lalonde n'a pu « s'avancer sur des chiffres », se contentant de marteler « l'engagement très fort » et « officiel » du gouvernement pour célébrer l'événement « en grande pompe ».
Avec un déficit qui atteindra 12,5 milliards $ cette année, les libéraux auront fort à faire s'ils souhaitent équilibrer le budget d'ici 2017-2018.
M. Vaillancourt soutient qu'il sera aux aguets afin que les francophones de l'Ontario ne fassent pas les frais de ce retour à l'équilibre budgétaire.
« On va s'assurer que les coupures ne se font pas sur le dos de la communauté franco-ontarienne », indique-t-il en substance.