Buckingham en fête attire, bon an mal an, entre 10 000 et 20 000 personnes sous le pont Brady.

Buckingham en Fête tourne au vert

Les années de vaches maigres du Festival d'été Buckingham en Fête pourraient bien être révolues. La corporation responsable de l'événement a dévoilé un premier budget équilibré depuis 2008, hier soir, lors de son assemblée générale annuelle.
Les mesures de redressement budgétaires mises en place à l'aube de l'édition 2013 semblent avoir porté leurs fruits. Le festival, qui attire bon an mal an entre 20 000 et 25 000 personnes au parc Maclaren, a réussi à renouer avec l'équilibre budgétaire. L'organisation a mis la main sur près de 30 000$ de subventions gouvernementales et municipales, en plus de rétrécir son budget de fonctionnement de plusieurs milliers de dollars, faisant passer celui-ci de 198 610$ à 180 843$.
À pareille date l'an dernier, l'incertitude planait sur la survie du festival, après que les livres comptables aient été laissés inachevés à la suite du départ du bénévole responsable des finances. Le comité organisateur a dû jongler avec un déficit de près de 20 000$ puisque des créanciers de l'édition précédente n'avaient toujours pas été remboursés.
En remettant la paperasse dans l'ordre, les administrateurs ont découvert plusieurs irrégularités cumulées à travers les années. À titre d'exemple, les demandes de subventions gouvernementales n'étaient pas effectuées correctement. Un remboursement de taxes du gouvernement d'une valeur de 70 000$ attendait aussi l'organisation depuis six ans.
Des jours heureux attendent maintenant Buckingham en Fête, croit le porte-parole de l'événement, Benoît Quevillon. «On repart le festival à zéro. On ne doit plus d'argent à personne et c'est une très bonne nouvelle pour la communauté et le secteur», dit-il.
«Nous avons réussi à diminuer notre de budget de logistique sur des choses qui ne sont pas visibles pour le festivalier. Nous avons diminué le nombre de toilettes, par exemple. Nous avons moins dépensé sur la programmation. En coupant ici et là, on a pu aller chercher beaucoup d'argent. En plus, nous sommes allés chercher des subventions que nous n'avions pas avant.»
De nouvelles idées
Les dessous du pont Brady vibreront donc comme à l'habitude en juillet prochain. Le comité organisateur dispose d'ailleurs de plus temps pour boucler sa prochaine programmation. En 2013, C-Show Productions et les bénévoles n'avaient eu que trois mois pour mettre la table en vue de week-end de festivités.
«L'an passé, nous avons su qu'il y aurait un festival seulement en avril à cause de l'incertitude. Les 25 membres du organisateur travaillent depuis janvier sur l'édition prévue cet été. Nous avons quatre mois de plus de préparation et c'est énorme», souligne M. Quevillon.
La formule qui s'étend sur quatre jours sera vraisemblablement conservée. Cependant, la corporation de Buckingham en Fête étudie actuellement de nouvelles pistes en vue de renouveler l'identité de l'événement. La soirée du dimanche, traditionnellement associée aux groupes spécialisés dans les reprises de chansons, pourrait être dédiée dès cette année à la clientèle «country».
«Nous explorons la possibilité d'effleurer d'autres styles musicaux comme le country. On veut attirer des festivaliers qui ne sont jamais venus à Buckingham en Fête et on essaie de voir pour le moment s'il y a de l'intérêt auprès du public pour ce créneau», mentionne M. Quevillon.
La programmation en vue de la 24e édition devrait être dévoilée en mai.