Charlie Angus

Brèche aux Affaires autochtones: le NPD se questionne

L'enquête policière ouverte à la suite d'une nouvelle faille de sécurité liée au ministère des Affaires autochtones a rebondi à la Chambre des communes, mardi après-midi.
Après avoir questionné les atteintes à la vie privée et aux renseignements personnels des Canadiens faites à l'Agence du revenu, les néo-démocrates ont demandé au gouvernement conservateur ce qui a été fait pour préserver la confidentialité des victimes des pensionnats autochtones.
LeDroit a révélé mardi qu'un adjudicateur du Secrétariat d'adjudication des pensionnats indiens (SAPI) serait la cible de chantage, depuis quelques semaines, après s'être fait voler son ordinateur portable, qui contenait des données extrêmement confidentielles sur des victimes d'agressions. Le Secrétariat a admis, lundi, avoir communiqué avec la police.
«Quelles mesures ont été prises?», a lancé le député du Nord de l'Ontario, Charlie Angus, lors de la période des questions.
«Le Secrétariat d'adjudication des pensionnats indiens [...] est un organisme quasi judiciaire indépendant. Notre ministère n'en est pas responsable», a simplement répondu le ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, Bernard Valcourt.
«Toutes les questions doivent être envoyées à la présidence du Secrétariat», a ajouté le ministre.
Dans les faits, même si le SAPI est une entité sans lien de dépendance, il relève d'Affaires autochtones et de Développement du Nord Canada. D'ailleurs, l'adjudicateur en chef du Secrétariat présente un rapport détaillé à tous les trimestres au sous-ministre du ministère des Affaires autochtones, peut-on lire sur son site Internet.
C'est loin d'être le premier incident lié à la protection des renseignements personnels au ministère des Affaires autochtones. Le plus récent d'entre eux ne remonte qu'à quelques mois. Un adjudicateur avait été suspendu après s'être fait voler des documents confidentiels dans sa voiture.