Bohèmes, d'Andréanne A. Malette

Andréanne A. Malette a la plume plutôt fine quand vient le temps de déposer, sur ses airs résolument folk, ses états d'âme et autres observations des relations humaines.
Sur sa première galette, l'auteure-compositrice-interprète de 25 ans s'avère habile à mener ses chansons comme autant de courtes pièces de théâtre, où, trop souvent, les couples se font et se défont. Ici, un beau parleur semble prendre un vilain plaisir à se jouer des émotions de [S]a marionnette (sans l'ombre d'un doute le texte le plus solide de l'album). Là, elle rend bien compte des compromis qui ne sont pas toujours faciles à faire pour vivre à deux (Mes habitudes).
De par la forme et le fond, elle fait inévitablement penser à Lynda Lemay. Cela dit, l'ex-académicienne ne s'embourbe pas autant dans la surenchère d'émotions, ni dans la logorrhée. Seule exception: Les Cons, dans laquelle elle cumule les jeux de mots les plus faciles de son répertoire.