Birds With Broken Wings, de Ben Caplan

La réputation de «secret le mieux gardé d'Halifax» qui précède Ben Caplan n'est pas usurpée. Son deuxième opus, Birds With Broken Wings, réalisé par le génial touche-à-tout SoCalled, est renversant. À la fois romantique et déglingué.
Un folk chaloupé par la houle des Maritimes, embrumé par les vapeurs jazz d'un alambic savamment distillé, fouetté par la musique world, et caréné par l'ampleur orchestrale.
SoCalled y brasse librement influences, instruments et une trentaine de glorieux invités. La pedal steel de Joe Grass (Patrick Watson) y côtoie le trombone de Fred Wesley (James Brown). On ne snobe ni les darboukas du Maghreb, ni le piano tzigane, ni la harpe celtique. Un tableau romantique, où la voix brûlante de Caplan explore avec maestria les horizons soul (40 Days and 40 Nights) et voyage entre ballade pianistique, élans crooners et rauques facéties à la Tom Waits.
Attention: chef-d'oeuvre.