Biolay, Fiszman, Benarrosh

Benjamin Biolay a grandi au son de Charles Trenet, celui qu'il considère être «l'inventeur de la chanson française».
Accompagné de ses fidèles musiciens, le guitariste Nicolas Fiszman et le batteur Denis Benarrosh, il revisite 12 chansons du Fou chantant en y apportant un souffle nouveau, sans les dénaturer, le rythme se faisant plus lent, guidé par sa voix langoureuse et posée. Ainsi s'élance Revoir Paris sur des notes de piano, guitare, percussions et violons s'ajoutant, la trompette concluant ce premier titre qui ne donne qu'une seule envie: s'envoler pour la Ville Lumière.
Que reste-t-il de nos amours, En avril à Paris, Le Temps des cerises et Vous qui passez sans me voir (version instrumentale) sont toutes traversées de riches arrangements, sans tomber dans la fioriture. Il nous offre aussi une nouveauté de son cru, La chanson du faussaire, en parfaite continuité avec le reste, la parole de Trenet s'y glissant un instant pour raconter une anecdote.
À savourer sans réserve.