Alexandre Bilodeau a pris le premier rang des qualifications.

Bilodeau et Kingsbury passent aisément en finale

Les quatre Canadiens inscrits à l'épreuve des bosses aux Jeux olympiques de Sotchi sont parvenus à se tailler une place parmi les 10 premiers de la première qualification pour passer directement à la finale.
Alexandre Bilodeau, champion olympique en titre, a dominé cette séance de qualification disputée sur une piste en bien piteuse état au Parc extrême Rosa Khutor. Il a obtenu 24,70 points, soit près d'un point de plus que Kingsbury, deuxième à 23,81.
Marc-Antoine Gagnon, cinquième avec 22,90 points, et Philippe Marquis, sixième à 22,43, seront également de la finale.
Le Russe Alexandr Smyshlyaev, un espoir de médaille dans cette discipline, a pris la troisième place avec 23,52 points, devant le Japonais Sho Endo (23,38).
Le Kazakh Dmitriy Reiherd 21,86), l'Américain Bradley Wilson (21,68) et les Australiens Brodie Summers (21,56) et Matt Graham 21,53) ont également obtenu un accès direct à la finale.
Surprise, l'Américain Patrick Deneen, actuellement troisième au classement de la Coupe du monde, n'a pas été en mesure de se qualifier directement pour la finale. Éprouvant du mal à l'atterrissage de son premier saut, il a été déporté vers les portes et a dû passer par la deuxième qualification, qu'il a par ailleurs dominée.
Le Coréen Jae-Woo Choi, le Finlandais Jimi Salonen, la Kazakh Pavel Kolmakov, les Russes Andrei Volkov et Aleksey Pavlenko, le Suédois Ludvig Fjällström, le Japonais Noboyuki Nishi, le Français Benjamin Cavet et le Suédois à la spectaculaire barbe Per Spett ont également profité de leur deuxième chance pour accéder à la finale.
Le temps particulièrement doux a causé des ennuis au parcours. La course s'est amorcée avec un mercure indiquant 4 degrés Celsisus, rendant la neige semblable à du sucre. Les zones d'atterrissage et les sauts ont été particulièrement éprouvés. Ces derniers ont souvent été inspectés par des officiels pendant les qualifications. On ne prévoit pas une température beaucoup plus froide pour la finale.
La séance a été marquée par quelques chutes, dont celle du Finlandais Ville Miettunen, justement à la zone d'atterrissage du premier saut. Incapable de reprendre son équilibre dans la neige molle, il a lourdement dévalé la piste, prenant un temps fou à se relever.
Quand il a finalement atteint de lui-même l'aire d'arrivée, il se tenait le côté gauche. Il a quitté le site de compétition en ambulance, sans toutefois se retrouver sur une civière. Il n'a pas pris part à la deuxième qualification.
Sergey Volkov a aussi été victime d'une chute spectaculaire, mais sans conséquence. Il a complètement raté son deuxième saut et n'a jamais été en mesure de redescendre ses skis devant, tombant sur la piste tête première, perdant ses lunettes. Heureusement pour lui que les conditions font en sorte que la piste est plus molle. Jeudi ou samedi, lorsque les dames étaient en piste, les conséquences auraient pu être plus fâcheuses.