« On a nos limites », répond le DG du Canadien, Marc Bergevin, lorsqu'on lui demande combien il est prêt à payer pour Andrei Markov.

Bergevin cache bien son jeu

CHICAGO - Plus les années avancent et moins Marc Bergevin ouvre son jeu face aux journalistes. Le directeur général du Canadien de Montréal a entretenu le mystère sur ses intentions quant aux joueurs-clé de son équipe jeudi, gardant en fait ses propos les plus significatifs pour les responsables du recrutement et du développement des joueurs, qu'il a défendus avec vigueur.
Tour à tour interrogé au sujet d'Andrei Markov, d'Alexander Radulov et d'Alex Galchenyuk, trois joueurs sans contrat, Bergevin s'est chaque fois montré ferme dans ses réponses lors d'un point de presse tenu dans un hôtel du centre-ville de Chicago, jeudi après-midi. « Il a rendu de bons services, c'est certain, mais encore là, il y a toujours un prix à payer et on a nos limites », a répondu Bergevin quand un journaliste lui a demandé s'il avait un intérêt à ramener Markov, joueur autonome sans compensation.
En ce qui a trait à Radulov, lui aussi susceptible de négocier avec l'équipe de son choix à compter du 1er juillet prochain, le directeur général du Canadien n'a pas été bien plus bavard. Il a toutefois admis qu'il pourrait céder les droits sur son dynamique attaquant s'il n'y a pas de rapprochement entre les deux parties. Selon ce qu'a affirmé le journaliste Pierre LeBrun du réseau TSN, le clan Radulov exigerait un pacte de six ans à sept millions $ par année.
Toujours dans le rayon des rumeurs, le nom de Galchenyuk continue de circuler et les Devils du New Jersey auraient même manifesté leur intérêt pour le jeune attaquant, selon une autre information véhiculée par LeBrun. Mais là encore, Bergevin a été de marbre. « Je ne parle pas de lui, comme je ne parle pas d'autres joueurs non plus », a-t-il servi à un journaliste qui lui a demandé s'il pouvait se permettre d'échanger le talentueux et énigmatique attaquant.
Bergevin s'est montré plus limpide, par ailleurs, au sujet de Brian Flynn et de Dwight King, deux joueurs autonomes sans compensation qui ne se verront pas offrir de contrats avec le Canadien. Ils s'ajoutent au défenseur Nikita Nesterov qui, comme King, n'aura fait que passer à Montréal.
Bergevin s'est dit plus ou moins surpris de la décision des Golden Knights de Vegas de réclamer Alexei Emelin, et il a reconnu que la possibilité de perdre Nathan Beaulieu lors du repêchage d'expansion avait eu un rôle dans sa décision de l'échanger aux Sabres de Buffalo samedi.
Enfin, Bergevin devra aussi se pencher sur le dossier Carey Price à compter du 1er juillet. À ce sujet, Bergevin s'est dit confiant de s'entendre pour plusieurs saisons avec son gardien vedette au courant de l'été.