Beau mystère, de Michel Robichaud

Michel Robichaud est renversant! Un pop-folk-urbain-progressif ravageur et une attitude espiègle. Le seul Beau mystère, c'est que cet auteur-compositeur-interprète ne soit pas déjà plus connu.
Sa victoire au Festival de Granby, en septembre, et sa participation au Coup de coeur francophone, cette semaine, devraient renverser la vapeur. Quelques ténors (Guido Del Fabbro aux cordes, Antoine Gratton au piano, Richard Séguin à l'harmonica, Hugo Perreault à la réalisation) participent à l'album: ça aidera à enfoncer le clou.
Le sympathique premier extrait, Sur mon doschus périssable!») commence à percer les ondes commerciales. L'album alterne entre joyeusetés funky (Ciment), énergie cuivrée (Journées patates), narration-émotion (Le vol), poésie rieuse-joueuse, ou douce et songée.
À noter: c'est une sortie numérique. L'album physique n'est disponible qu'en spectacle. Ça tombe bien, il sera à La Basoche le 11 février, en prestation gratuite. On n'aura pas d'excuses...