Benoit-Olivier Groulx

Au Ivan-Hlinka, Groulx visera une médaille

Benoît-Olivier Groulx était à Calgary au moment où il a répondu à notre appel. Il s'apprêtait cependant à quitter l'Alberta pour un long vol. Destination : Bratislava, en Slovaquie.
Le Gatinois sait depuis quelques heures, à peine, qu'il prendra part à la Coupe commémoratif Ivan-Hlinka, possiblement le plus important tournoi international de hockey pour les joueurs qui sont âgés de moins de 18 ans. Hockey Canada avait convié 44 joueurs à son camp de sélection. Seulement 22 d'entre-eux ont été retenus.
«En plus, moi, je n'ai pas connu mon meilleur camp», a-t-il avoué d'emblée avec une honnêteté qui l'honore.
«Je pense que j'aurais pu être meilleur. J'aurais pu gagner davantage de batailles à un contre un. Je dis ça mais je ne veux pas trop m'en faire. C'est déjà du passé. Je suis bien conscient que je serai capable d'élever mon jeu d'un cran durant le tournoi», a-t-il précisé.
Groulx est peut-être trop sévère envers lui-même.
Possible, aussi, que Groulx n'avait pas besoin de connaître un camp du tonnerre pour être retenu au sein de l'équipe. Malgré son jeune âge, il a déjà prouvé qu'il pouvait se montrer à la fois fiable et efficace dans une compétition internationale d'envergure.
À l'hiver 2016, durant les Jeux olympiques de la jeunesse à Lillehammer, il a été un membre important de l'équipe canadienne qui a remporté une médaille d'argent.
Les dirigeants de Hockey Canada ont visiblement tenu compte de cette réussite. Le noyau de la formation qui représentera le pays au Ivan-Hlinka la semaine prochaine sera composé de 11 «vétérans» de la Norvège.
«Disons qu'il ne sera pas trop difficile de créer une chimie d'équipe. Les autres ne devraient pas avoir trop de mal à se greffer à notre groupe», croit Groulx.
Les Jeux olympiques de la jeunesse ont offert une belle expérience aux jeunes espoirs du hockey. Le Ivan-Hlinka se veut cependant plus sérieux. Les joueurs, plus âgés, peuvent utiliser ce tournoi comme planche de lancement vers le repêchage de la Ligue nationale de hockey.
«C'est clair qu'avec tous les dépisteurs dans les parages, il y aura une pression supplémentaire», affirme celui qui sera éligible à l'encan de 2018.
«Je ne me préoccupe pas trop de cela non plus, tranche-t-il. Je n'ai même pas encore regardé les listes de préparation au repêchage. Je m'en vais là-bas pour aider mon pays à gagner l'or.»
L'an dernier, le Canada n'a pas connu le succès espéré au Ivan-Hlinka. Il a d'abord été exclus de justesse du carré d'as après avoir connu une ronde préliminaire moyenne. Il a remporté de justesse le match pour la cinquième position.
Les entraîneurs ont vite fait comprendre aux joueurs de la cuvée 2017 qu'ils devront faire mieux.
«Je ne connais pas encore le rôle que j'aurai à jouer là-bas, mais je sais ce que je peux faire. Je suis un attaquant en puissance doté de belles habiletés. Je miserai sur mes forces», dit le centre des Mooseheads de Halifax.
Sans tourigny
Groulx rentrera justement dans les Maritimes à son retour d'Europe. Il s'est dit surpris, mais pas trop, d'apprendre qu'il ne retrouverait pas l'entraîneur André Tourigny là-bas, cette saison.
«Je peux comprendre sa décision de se joindre aux 67's d'Ottawa. Il n'était pas facile pour lui de vivre loin de sa famille...»