Peu avant l'ouverture de l'Assemblée générale de l'ONU au cours de laquelle l'Autorité palestinienne a accédé au statut d'État observateur, à New York, ce jeudi après-midi.

Après le vote sur la Palestine, le Canada rappelle des diplomates

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, rappelle temporairement à Ottawa ses chefs de mission en Israël et à Ramallah, de même que ses représentants permanents à l'ONU à New York et à Genève.
Il dit vouloir évaluer les répercussions du vote tenu jeudi sur la Palestine à l'Assemblée générale des Nations unies.
«Le Canada est profondément déçu mais non surpris du résultat du vote tenu hier à l'Assemblée générale des Nations unies, a dit le ministre par voie de communiqué. La position de notre gouvernement est claire: seule la négociation mènera à une paix juste et durable, et non les mesures unilatérales.
«À cette fin, le Canada fait revenir temporairement à Ottawa ses chefs de mission en Israël et à Ramallah de même que ses représentants permanents à l'ONU à New York et à Genève, en vue d'évaluer les répercussions du vote tenu hier à l'Assemblée générale des Nations unies et d'aider à déterminer la réaction du Canada à celui-ci», a-t-il ajouté.
Dans une entrevue accordée à la télévision anglaise de Radio-Canada, M. Baird a dit vouloir consulter les diplomates qui sont au coeur de l'action.
«Je veux essayer de comprendre dans quelle direction aller maintenant», a-t-il dit.
Sans remettre en question le vote canadien, le ministre québécois des Relations internationales, Jean-François Lisée, a enjoint le Canada à reconnaître le résultat et à maintenir son aide à l'Autorité palestinienne.
«Il faut prendre acte et ne pas punir l'Autorité palestinienne pour avoir joué le jeu de la diplomatie internationale, a-t-il dit. L'aide canadienne contribue à la paix et à la sécurité.»
Le Canada réévaluera maintenant tous les aspects de ses relations bilatérales avec l'Autorité palestinienne, a précisé M. Baird dans son communiqué. Selon lui, la mesure unilatérale prise jeudi n'apporte rien pour faire progresser le processus de paix au Moyen-Orient. Il soutient que cette décision de l'Assemblée générale des Nations unies constitue un obstacle à la paix.
Il exhorte de nouveau l'Autorité palestinienne et Israël à reprendre les négociations sans conditions préalables, pour le bien de leur population.
Le Canada compte parmi la poignée de pays qui ont voté contre la résolution, qui a été adoptée à 138 votes contre 9 avec 41 abstentions.