Alfredsson de retour à Détroit en 2015?

Une médaille d'argent en poche pour aller avec celle d'or remportée à Turin en 2006, Daniel Alfredsson assurait hier qu'il ne serait pas à Pyeongchang dans quatre ans, même s'il souhaite ardemment que les joueurs de la LNH poursuivent l'aventure olympique.
Mais à la veille du deuxième retour à Ottawa du «quadragénaire prodigue» dans l'uniforme des Red Wings de Détroit, «Alfie» était loin de donner l'impression que le match de ce soir contre les Sénateurs pourrait être son dernier en carrière au Centre Canadian Tire.
Frais comme une rose
Sur la patinoire du Centre Bell de Montréal à quelques heures de l'affrontement d'hier soir contre le Canadien, il avait l'air frais comme une rose, s'adonnant à son jeu habituel où il tente de conserver la rondelle alors que quelques coéquipiers essaient de lui enlever pendant plusieurs minutes en fin de pratique.
Le fait qu'il s'est avéré un des meilleurs joueurs de l'équipe suédoise à Sotchi, où il a récolté deux buts (dont un gagnant) et deux passes en six parties (troisième de son club, ex aequo au 20e rang du tournoi), illustre certes qu'il n'est pas un joueur fini, malgré ses 41 ans bien sonnés.
Comme lors de ses dernières années dans la capitale, avant son départ qui a tant fait couler d'encre l'été dernier, Alfredsson confiait hier qu'il verrait rendu à l'été comment il se sent avant de prendre une décision.
«Je vais surtout voir comment mon corps se sent à la fin de l'année avant de réévaluer les choses, m'a-t-il répondu lorsque j'ai abordé le sujet à la fin d'un point de presse fort couru. J'ai eu quelques blessures mineures qui m'ont fait rater un peu de temps, mais je sens que je joue à un niveau où je n'en arrache pas trop, j'ai encore du plaisir et je contribue (14 buts, 21 passes en 46 matches). Je vais certainement considérer jouer une autre année, il n'y a pas de doute. Mais je n'ai pas de réponse pour l'instant et je n'y ai pas trop pensé. Depuis quelques années, je me fie à mon corps. S'il me dit que ce n'est pas trop de travail de se préparer pour des pratiques et des parties à tous les jours, je vais continuer.»
Avec les Red Wings
Ce qui m'a amené à poser une autre question en suivi: est-ce qu'il va continuer à essayer de gagner la coupe Stanley qu'il recherche avec des Red Wings vieillissants ou est-ce qu'il va retourner sur le marché des agents libres?
«Non, je pense que les chances sont que je vais rester ici (à Détroit) si je continue, c'est certain», a-t-il rétorqué, tuant dans l'oeuf tout espoir des partisans des Sénateurs de le voir revenir finir sa carrière là où elle s'est déroulée pendant 18 ans.
C'est quelque chose que le dg des Wings Ken Holland aimera certes entendre, lui qui confiait d'ailleurs au collègue Richard Labbé, de La Presse, qu'il aimerait bien miser à nouveau sur Alfredsson en 2014-2015, même s'ils n'ont pas encore discuté de contrat.
Holland Ravi
«Je crois qu'il lui reste encore une saison. Je me souviens, avec Steve Yzerman, c'est le corps qui ne voulait plus suivre. Nick Lidstrom, il avait perdu la passion à la fin. C'est plus dur de se motiver en fin de carrière. Est-ce qu'il (Alfredsson) voudra encore se motiver? Ça, je ne le sais pas. C'est une conversation que nous aurons au terme de la saison», a-t-il noté.
Pour ce qui est de sa cinquième expérience olympique, Alfredsson en est revenu emballé, à part pour le résultat de la finale, ce revers de 3-0 contre le Canada.
«Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour y réfléchir. Mais c'était une excellente expérience. J'aime tout des Olympiques: rencontrer les autres athlètes, la compétition, l'atmosphère, savoir que tout le pays regarde ce que tu fais. C'est pas mal spécial... Je serais déçu pour les autres joueurs si (la LNH) cessait d'y aller. Nous sommes allés encourager l'équipe de relais en ski de fond qui a gagné l'or en sprint et c'était très cool, c'est un souvenir spécial», racontait-il.
Et il a passé beaucoup de temps de qualité avec celui dont il est toujours le mentor, le défenseur des Sénateurs Erik Karlsson, qui redeviendra son adversaire le temps d'un autre match, ce soir. Mais à écouter Daniel Alfredsson hier, ça ne devrait pas être leur dernier duel.