Actes répréhensibles à la Commission des libérations conditionnelles

Un ancien responsable de la Commission des libérations conditionnelles a commis des actes répréhensibles dans le cadre de ses fonctions, conclut le commissaire à l'intégrité du secteur public dans un nouveau rapport d'enquête déposé jeudi au Parlement.
Frederick Tufnell, ancien vice‑président régional de la région Ontario-Nunavut de la Commission des libérations conditionnelles du Canada, s'est placé dans une situation de conflit d'intérêts, en ordonnant qu'une nouvelle décision soit rendue dans un dossier particulier, en dépit du fait qu'il avait avisé la direction de la Commission qu'il ne pouvait pas «voter» sur ce dossier et qu'une décision avait déjà été rendue au cours d'un processus indépendant. 
Dans son rapport, le Commissaire Dion conclut également que M. Tufnell a contrevenu le Code de déontologie «en adoptant un comportement inopportun» et «en posant des gestes non appropriés à l'égard d'employées en milieu de travail, en critiquant les commissaires dans ses rapports avec des personnes de l'extérieur et en faisant une divulgation de renseignements à des personnes qui n'étaient pas autorisées à les recevoir».