Francis Perron-Mineault avait tiré une flèche à l'arbalète sur un pitbull qu'il estimait menaçant, le 14 février 2013.

Absolution pour le tireur de chien à l'arbalète

Une absolution inconditionnelle a été accordée à l'homme qui a abattu un chien boxer-pitbull avec une arbalète, l'année dernière, à Val-des-Monts.
L'animal, qui rôdait dans le voisinage sans laisse et sans maître, semait la crainte chez les résidents des environs.
Lorsqu'il s'est approché de lui, Francis Perron-Mineault a tiré une flèche à l'arbalète dans la poitrine de l'animal. Les événements se sont produits le 14 février 2013.
Le chien a finalement réussi à se réfugier chez sa maîtresse. Après l'incident, l'animal a été transporté dans les locaux de la SPCA, puis à l'hôpital vétérinaire Alta Vista d'Ottawa.
Un vétérinaire a tenté de sauver la vie de la bête, mais celle-ci a rendu l'âme quelques heures plus tard.
L'avocat de M. Perron-Mineault, Denis Labelle, a expliqué au juge Réal Lapointe que le voisinage de la rue Périneault craignait cet animal.
L'accusé, qui ne possède aucun antécédent judiciaire, a plaidé coupable à un chef d'accusation d'avoir fait souffrir inutilement un animal, vendredi.
Le juge lui a accordé une absolution inconditionnelle, selon la proposition commune de la Couronne et la défense.
M. Perron-Mineault a donné de son temps en tant que bénévole dans une entreprise de toilettage pour animaux et a remboursé les frais vétérinaires. Il a aussi changé d'adresse à cause de l'inconfort évident de résider à proximité de la propriétaire de l'animal.
L'arbalète a été rendue au propriétaire, soit le père de l'accusé.
Rappelons que les chiens pitbulls sont interdits sur le territoire de la MRC des Collines-de-l'Outaouais.
Une affaire semblable s'était produite en juillet 2011 à Chelsea. À l'époque, un chat avait été atteint d'une flèche tirée par une arbalète. Les maîtres, qui avaient l'habitude de laisser sortir leur animal à l'extérieur, avaient aperçu leur pauvre bête revenir de peine et de misère à la maison, en matinée.