Phillippe Aumont sera le lanceur partant de la Ligue Can-Am, la semaine prochaine, lors du Match des étoiles du baseball indépendant.

À une manche de la perfection

Éric Gagné avait été le dernier Québécois à avoir été dominant sur la butte du stade RCGT. L'ancien gagnant du trophée Cy-Young s'était amusé à déstabiliser les frappeurs adverses dans le dernier match de la saison régulière des Champions l'an dernier.
Avec les Lynx d'Ottawa, au niveau AAA, Denis Boucher et Derek Aucoin ont été des favoris de la foule, mais jamais les partisans n'avaient pu encourager un produit local au monticule.
Évoluant pour la première fois chez lui depuis sa sélection au premier tour du repêchage des Ligues majeures il y a exactement 10 ans mercredi, Phillippe Aumont a offert une prestation à la hauteur de ses 6'7'' devant les siens. Pendant cinq manches, le Gatinois a suscité les « oh » et les « ah » des 1107 spectateurs en espaçant deux coups sûrs. En plein contrôle, il n'avait alloué aucun but sur balles et il avait retiré neuf frappeurs sur trois prises, mais après avoir franchi le seuil des 70 lancers en sixième manche, il a perdu de la vélocité dans ses tirs.
En début de match, sa balle rapide oscillait entre 93 et 95 miles à l'heure. En sixième manche, elle était rendue entre 90 et 93 et les frappeurs des Boulders de Rockland ont enfin pu faire de bons contacts pour la première fois du match. Dans la dernière manche de travail du grand droitier, les visiteurs ont soutiré trois coups sûrs, dont un circuit de Mike Fransoso pour prendre les devants 2-1.
Pour sa première sortie en un an, Phillippe Aumont pouvait difficilement demander mieux. Il a effectué 87 lancers, dont 61 prises. Il a fait mal paraître les frappeurs adverses en lançant des pastilles vers le marbre. Son problème, c'est que son adversaire, Bo Budkevics, a aussi menotté les frappeurs des Champions en ne cédant que quatre coups sûrs en six manches.
C'est un peu injuste, mais à sa première sortie dans le baseball indépendant, Philippe Aumont n'aura pas été en mesure de coller une victoire à côté de son nom. Heureusement, son équipe lui a procuré un point tardif en septième pour égaler la marque à 2-2, mais les visiteurs ont inscrit un autre point dans la manche supplémentaire pour l'emporter 3-2.
À présent que la glace est brisée, il sera intéressant de voir où le Gatinois reprendra à son prochain départ à Trois-Rivières dans cinq jours. Mercredi, ce n'est que dans la deuxième manche du premier match d'un programme double, vers 17 h 30, qu'il a enfin eu l'autorisation du baseball majeur pour lancer dans le deuxième match de la soirée.
« J'avais des frissons avant le début du match, mais j'ai eu énormément de plaisir. Je n'ai pas souvent la chance de lancer devant parents et amis. Je n'avais pas de misère à trouver la zone des prises. C'est toujours un plus. J'ai fait quelques erreurs en sixième manche. Ça va arriver, mais j'ai eu du plaisir à prendre mon rythme en retirant plusieurs frappeurs de suite. »
Aumont dit avoir lui-même insisté auprès du gérant Hal Lanier pour retourner au monticule en sixième manche. Il était rendu à 69 tirs après cinq manches, mais il  venait de retirer quatre frappeurs de suite sur trois prises.
« C'est sûr que j'étais un peu plus fatigué, mais ce n'est pas ce qui a couru à ma perte. Je me suis remis en question. Je suivais Danny Grauer (mon receveur). Il avait été excellent. »
Le lanceur de 28 ans a maintenant hâte d'aller de l'avant à son prochain match.
« Ç'a été constructif comme match. Je sentais que tous les yeux étaient rivés sur moi. Je sais que les attentes étaient élevées. Le premier match s'est bien déroulé. J'ai eu un bon duel de lanceurs. Ça fait toujours des matches excitants. Tu n'as pas de marge de manoeuvre dans ce temps-là et ça rehausse le niveau de compétitivité. »
Les Champions prendront maintenant la route de Québec où ils affronteront les Capitales dès jeudi.
Gillies a tout fait pour aider Aumont
Le scénario aurait été parfait.
De la façon dont il lançait, Phillippe Aumont donnait l'impression qu'il allait blanchir les Boulders de Rockland, l'équipe avec l'attaque la plus puissante de la Ligue Can-Am. Un point semblait suffire. Après cinq manches, les Champions d'Ottawa menaient 1-0 et comme le hasard fait souvent bien les choses, c'était le meilleur ami du Gatinois qui avait fait produire ce point à l'aide de son premier coup sûr de la saison à son deuxième match avec les Champions.
Tyson Gillies avait été blanchi à ses trois premières présences dans le revers de 5-3 dans le premier match du programme double contre les Boulders. L'ancien espoir des Mariners de Seattle et des Phillies de Philadelphie avait aiguisé ses réflexes dans le deuxième match. En plus d'avoir fait produire le premier point des Champions en troisième manche, il a soutiré un autre simple en sixième manche, mais on l'a laissé moisir au troisième but pour finir la manche.
«J'avais l'impression de revivre 2009 à nouveau. À l'époque, Phil avait du succès au monticule et j'avais du succès au bâton. Nous avons vécu cette situation-là souvent dans nos carrières. C'est comme si nous étions là l'un pour l'autre. Il a été étincelant ce soir. J'aurais aimé pouvoir envoyer une prise au marbre pour empêcher leur premier point.»
Le Britanno-Colombien aura finalement terminé ses deux premiers matches avec deux coups sûrs en six présences au bâton. Il a évolué au champ centre pendant que Sébastien Boucher était employé comme frappeur désigné. «Ça faisait trois semaines que je n'avais pas été en situation de match. J'ai fait des ajustements. Il s'agit de retrouver mon rythme.»