A Head Full of Dreams, de Coldplay **1/2

Pour peu que l'on ne soit ni inconditionnel ni armé de la plus mauvaise foi parce qu'imperméable au phénomène, chroniquer un album de Coldplay reste délicat. On a beau se concentrer sur l'essentiel, impossible d'échapper aux sentiments contradictoires, de la curiosité à l'exaspération, que déclenche chaque envolée vocale de Chris Martin.
Coldplay sait cuisiner aux petits oignons les vieilles recettes et a donné à son nouvel album toute la saveur de ses enregistrements les moins désagréables. Les inconditionnels ne seront pas déçus: envolées épiques, tranchant électro, ballades romantiques. Tapis moelleux pour ces 11 titres d'airs faciles, parfois entêtants, mais rarement brillants. Tapis rouge pour certains invités de marque: Beyoncé, Noël Gallagher, Tove Lo et Merry Clayton.
Il y a le lot de chansons intimistes (Fun, Amazing Day), le quota d'hymnes composés pour les concerts extérieurs (A Head Full of Dreams, Adventure of a Lifetime), le tout porté par la voix sans aspérité du chanteur Chris Martin.
Sans surprise.