4488 de l'Amour, des soeurs Boulay ***1/2

À l'adresse des soeurs Mélanie et Stéphanie Boulay nichent 13 ritournelles à la poésie toujours joliment décalée et ancrée dans un quotidien imagé, qu'elles chantent la peur d'aimer ou l'envie de se faire entendre malgré leur Langue de bois.
La trompette répond au güiro, claves et autres percussions sur Jus de boussole. Les synthétiseurs enveloppent leurs voix sur la magnifique De la noirceur naît la beauté. Les couteaux à beurre (dont joue vraiment le multi-instrumentiste et réalisateur du disque Philippe B) étendent délicatement l'espoir de retrouvailles. Et si elles réclament «un show de boucane», c'est pour tenter de faire quitter l'accotement à une relation mise sur les quatre feux clignotants.
Les mots s'envolent comme des ronds de fumée et les mélodies se mâtinent d'une mélancolie portée par des sifflements, un ukulélé ou des flûtes à bec.
Bref, on renoue avec bonheur avec l'univers folk des frangines, plus affirmé sur cette deuxième galette.