Felipe Alou a convaincu Dan Duquette de lui offrir un contrat de trois saisons après qu'il ait remporté 70 des 125 matches lors de la saison où il a été nommé gérant intérimaire des expos en 1992.

25 ans plus tard, Felipe Alou est toujours agacé

Après avoir finalement accepté le poste de gérant des Expos de Montréal en remplacement de Tom Runnells le 22 mai 1992, ce qui aurait pu devenir l'un des plus beaux jours de sa carrière dans le baseball a plutôt laissé un goût amer dans la bouche de Felipe Alou.
Après 15 ans au sein de l'organisation des Expos et plus de 30 dans le baseball professionnel, dont plusieurs comme gérant dans les ligues mineures et au baseball d'hiver, Alou a très mal pris qu'on lui offre le poste de gérant des Expos de façon intérimaire.
Vingt-cinq ans plus tard, celui qui a aujourd'hui 82 ans n'a visiblement toujours pas digéré cet affront.
«Quand (Dan) Duquette (le directeur général des Expos à l'époque) m'a présenté, il l'a fait à titre de gérant par intérim pour le reste de la saison. Serge Touchette (du Journal de Montréal) lui a alors demandé pourquoi seulement jusqu'à la fin de la saison, alors que j'avais été depuis si longtemps dans l'organisation. Duquette a répondu qu'il allait m'évaluer après la campagne. Je n'ai pas aimé ça.»
«Je croyais, au moins au sein de cette organisation, avoir été évalué pendant toutes ces années. S'ils ne me connaissaient pas, ça veut dire qu'ils n'avaient pas porté attention à ce que j'avais fait pendant tout ce temps : développer leurs joueurs et gagner des championnats dans les ligues mineures. J'ai alors dit aux journalistes que si une évaluation devait décider de mon sort, j'allais être à Montréal très longtemps. Même sans avoir dirigé dans les Majeures, j'étais à ce point confiant.»
«Il faisait partie de l'organisation depuis tellement longtemps ; il avait gravi tous les échelons, note Jacques Doucet, qui a décrit les matches des Expos pendant 33 ans et qui est un ami proche du Dominicain. Il a été gérant aux niveaux A, AA, AAA et il était venu comme instructeur sous Dick Williams (en 1979 et 1980). Comme on ne semblait pas vouloir le nommer gérant, il avait demandé de retourner comme gérant dans les ligues mineures, puisqu'il aimait travailler avec les jeunes. Quand on l'a nommé, il disait qu'on avait eu le temps de l'évaluer et se demandait pourquoi on l'avait nommé par intérim. »
«Il l'a accepté parce que c'est quelque chose qu'il attendait depuis longtemps. Mais il n'était pas content, je vous le garantis.»
La question semble également toujours agacer Duquette...
«Il vous a dit ça ? a demandé le vice-président directeur aux opérations baseball des Orioles de Baltimore à La Presse canadienne. Je ne me souviens pas de ça. Je croyais qu'il avait été nommé gérant dès le départ. J'en suis plutôt certain, même», a-t-il ajouté, avant de se rappeler un rendez-vous soudain et de mettre fin à la conversation.
Alou ne comptait pas donner le choix à Duquette : il a remporté 70 des 125 matches qu'il a dirigés cette saison-là. La conversation n'a pas été longue une fois la campagne terminée.
«Nous gagnions des matches et je crois que nous jouions du baseball excitant, se rappelle-t-il. (...) À la fin de la saison, Duquette m'a offert un contrat de trois ans. C'était la première fois que j'avais un contrat de cette durée de toute ma carrière.»